Réchauffement climatique: Le blanchissement des récifs coralliens s'accélère et inquiète les scientifiques

ENVIRONNEMENT Le réchauffement climatique menace des écosystèmes marins vitaux…

20 Minutes avec agences

— 

La Grande Barrière de corail, en Australie, est menacée par le réchauffement climatique.
La Grande Barrière de corail, en Australie, est menacée par le réchauffement climatique. — GREAT BARRIER REEF, AUSTRALIE

Les conséquences du réchauffement climatique sur l’environnement ne cessent de s’aggraver. En témoigne l’accélération du blanchissement des récifs coralliens liée à l’augmentation de la température de l’eau. C’est ce qu’ont constaté des chercheurs qui ont publié le résultat de leurs recherches ce jeudi dans la revue Science.

>> A lire aussi : Australie: Du vinaigre pour éradiquer l'étoile de mer qui dévore la Grande barrière de corail

« Une mortalité de masse des animaux marins »

« Avant les années 1980, le blanchissement de masse des coraux était inconnu », explique Terry Hughes, directeur du Conseil australien de recherche sur les récifs coralliens (ARC), principal auteur de l’étude. Il y a quelques années, ce phénomène qui menace des écosystèmes marins vitaux ne se produisait que tous les vingt-cinq ou trente ans. Les scientifiques constatent désormais ce blanchissement tous les six ans, en moyenne.

« Aujourd’hui, des épisodes répétés de ce phénomène à une échelle régionale, qui entraînent une mortalité de masse de ces animaux marins, deviennent la norme autour de la planète où les températures continuent de grimper », détaille Terry Hughes.

Des millions de personnes touchées

Pour établir leurs conclusions, les chercheurs ont analysé les épisodes de blanchissement à une centaine d’endroits du globe sur une période allant de 1980 à 2016. Selon eux, le risque de voir apparaître ce phénomène a augmenté de 4 % depuis 1980.

Les régions les plus touchées sont l’Australie, le Proche Orient et certaines régions asiatiques. « Le climat se réchauffe rapidement depuis ces cinquante dernières années ce qui rend le courant El Niño plus dangereux pour les récifs coralliens, constate Mark Eakin, scientifique de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), coauteur de l’étude. Et maintenant nous voyons des blanchissements se produire quand l’été est particulièrement chaud. »