En 2018, l’ONG Zero Waste vous lance le défi de ne rien acheter de neuf

CONSOMMATION Plus de 2.400 personnes se sont déjà inscrites sur la plateforme Web créée par l’ONG pour présenter chaque semaine une alternative à l’achat d’objets neufs...

Fabrice Pouliquen

— 

Pour 2018, l'ONG Zero Waste vous met au défi de ne rien acheter de neuf.
Pour 2018, l'ONG Zero Waste vous met au défi de ne rien acheter de neuf. — DENIS CHARLET / AFP

« Rien de neuf en 2018 »… La résolution est ambitieuse. C’est l’ONG Zero Waste qui l’a mise sur le tapis. L’association qui œuvre sur les problématiques des déchets, lance en ce début d’année un défi aux internautes : ne rien acheter de neuf en 2018. Ni vêtements, ni livres, ni électroménager, ni meubles, ni objets high-tech.

Encore temps de s’inscrire

Le défi est officiellement lancé depuis le 1er janvier mais rien n’empêche de prendre l’aventure en route et de rejoindre les 2.423 internautes d’ores et déjà inscrits (ce jeudi à 17h51) sur la plateforme Web créée pour l’occasion par Zero Waste.

C’est la première fois que l’ONG lance une telle opération. « Nous voulions attirer l’attention sur le sac à dos écologique des objets qui nous entourent, explique à 20 minutes Flore Berlingen, directrice de Zero Waste. Ce sont de véritables icebergs de matières premières. Lorsque nous les achetons ou les jetons, nous n’en voyons que la partie émergée, c’est-à-dire l’objet en lui-même. Mais en amont, pour être produit, celui-ci a nécessité des extractions et des consommations de ressources. En limitant sa consommation de produits neufs et en faisant circuler au maximum les objets déjà produits, on limite dans le même temps l’extraction de ressources qui leur est associée. »

>> Lire aussi: Et si au lieu d'acheter vos vêtements, vous les louiez pour préserver les ressources?

Flore Berlingen prend ainsi l’exemple du jean « dont la production nécessite la consommation de 8.000 litres d’eau » ou celui du téléphone portable « qui pèse quelques centaines de grammes dans les mains mais a nécessité la consommation de 70 kg de matière. »

De plus en plus d’alternatives et de services

Voilà pour le point de départ du défi. Au-delà de la prise de conscience, Zero Waste entend aussi démontrer que les alternatives existent pour se passer des produits neufs. Entre l’achat d’occasion ou le don, la location ou le prêt, la mutualisation et la réparation, les solutions sont nombreuses et de plus en plus accessibles.

La plateforme Web du défi proposera ainsi chaque semaine de découvrir une de ces alternatives. « On démarre ce jeudi avec Recyclivre, reprend Flore Berlingen. L’entreprise fait de la collecte et de la vente de livres d’occasion avec une dimension solidaire puisqu’ils font travailler des chantiers d’insertion pour le tri des livres et les expéditions et reversent une partie de leurs bénéfices à des associations qui luttent contre l’illettrisme. »

Zero Waste n’est pas à court de solutions à proposer. « Ce défi "Rien de neuf en 2018" est clairement plus facile à relever aujourd’hui que cinq années en arrière, poursuit Flore Berlingen. Non seulement les alternatives sont plus nombreuses qu’avant mais elles proposent aussi des services que l’on pensait réservés au neuf jusque-là. » La directrice de Zero Waste prend l’exemple de Backmarket, un récent site Web de vente d’objets d’occasion qui propose une garantie et un service après-vente. « Du coup, les acteurs historiques du reconditionnement d’objets s’en inspirent. Le réseau Envie, qui existe depuis 1984 et est spécialisé dans l’électroménager d’occasion, garantit désormais ses produits un an et propose un service de réparation à domicile. »

Entamer au moins une réflexion

Pour ce défi, Zero Waste ne fliquera pas les participants. L’objectif est à voir comme une bonne résolution. Avec plus de 2400 inscrits, l’ONG dit déjà avoir gagné son pari. « Nous partions au départ sur une centaine de participants, indique Flore Berlingen. Qu’ils arrivent à tenir ou non l’année, les participants auront au moins entamé une réflexion sur leur manière de consommer et, en parlant de ce défi autour d’eux, auront sûrement poussé leur entourage à en faire de même. »