«One Planet summit»: Soutenir les énergies fossiles, c'est «investir dans notre perte»

CLIMAT Revivez avec nous le « One Planet summit » à Paris…

C. Ape., L. C. avec Fabrice Pouliquen

— 

World Bank President Jim Yong Kim (L) and French President Emmanuel Macron (2nd L) listen as United Nations (UN) Secretary General Antonio Guterres delivers a speech at the One Planet Summit on December 12, 2017, at La Seine Musicale venue on l'ile Seguin in Boulogne-Billancourt, west of Paris.
World Bank President Jim Yong Kim (L) and French President Emmanuel Macron (2nd L) listen as United Nations (UN) Secretary General Antonio Guterres delivers a speech at the One Planet Summit on December 12, 2017, at La Seine Musicale venue on l'ile Seguin in Boulogne-Billancourt, west of Paris. — AFP

Plusieurs dizaines de dirigeants se sont réunis ce mardi à Paris au «One Planet Summit» pour donner un coup d’accélérateur au financement très insuffisant de la lutte contre le changement climatique, à l’occasion du deuxième anniversaire de l’Accord de Paris.

A LIRE

>> A lire aussi : One Planet Summit: Tour d'horizon des engagements pris

>> «Je n’ai pas changé d’un iota dans mes convictions»: Nicolas Hulot répond aux questions de «20 Minutes» à la veille du sommet

>> Le sommet du 12 décembre pourrait-il mettre fin aux investissements dans les énergies fossiles?

 

21h: Ce live est à présent terminé

Merci d'avoir suivi avec nous le « One Planet Summit » !

20h50: Des progrès sur la transition énergétique, trop peu sur l’adaptation ?

Comme promis, il y a eu des annonces à ce « One Planet Summit ». Si elles sont tenues, elles devraient permettre d’accélérer la transition énergétique. En revanche, sur l’adaptation au changement climatique, le compte n’y est pas… Car la journée a été marquée par l’avènement des acteurs non-étatiques à l’image de l’assureur Axa qui s’est engagé à quadrupler son objectif d’investissements verts et à désinvestir dans le charbon et les sables bitumineux. Mais plusieurs ONG pointent en revanche le manque d’ambitions général des Etats et les faibles annonces pour permettre aux pays du Sud de s’adapter au changement climatique. Pour aller plus loin, consultez l’analyse de notre journaliste Fabrice Pouliquen.

20h30: Le site Internet One Planet va être lancé pour lister tous les engagements pris lors du sommet

 

18h30: Emmanuel Macron salue l’initiative d’America’s Plege

Aux Etats-Unis, des Etats, des villes, des entreprises, des universités et des citoyens prennent des mesures pour lutter contre le changement climatique. America’s Pledge les rassemble pour s’assurer que les Etats-Unis restent un leader mondial en matière de réduction des émissions et remplit les ambitieux objectifs climatiques de l’Accord de Paris.

17h30: La fondation Bill Gates promet 315 millions de dollars pour la recherche en agriculture

La fondation Bill Gates a promis de consacrer 315 millions de dollars pour soutenir la recherche en agriculture, afin d'aider les plus pauvres des agriculteurs, notamment en Afrique, à s'adapter au changement climatique.

Entre 2018 et 2020, 300 millions de dollars seront investis, notamment pour permettre d'aider à rechercher et sélectionner des semences de riz, de maïs ou de haricots résistantes aux sécheresses, à la chaleur ou aux ravageurs, selon un communiqué de la Fondation diffusé, à l'occasion du One Planet Summit.

 

16h35: Soutenir les énergies fossiles, c'est «investir dans notre perte»

Soutenir les énergies fossiles, responsables d'une large part du réchauffement climatique, c'est «investir dans notre perte», a mis en garde le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. «C'est un fait que les énergies fossiles restent très lourdement subventionnées, ce qui signifie que nous investissons dans notre propre perte», a-t-il dit lors du sommet sur le climat, rappelant que la «guerre» contre le dérèglement du climat «n'est pas gagnée».

16h30: Des applaudissemnts nourris 

Tonnerre d’applaudissements au One planet summit lorsque Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, réitère l’engagement pris un peu plus tôt dans la journée d’arrêter de financer après 2019 l’exploitation de pétrole et de gaz.

16h10: «Nous n'allons pas assez vite»

 

16h00: Macron prend la parole et les mots sont forts

 

15h40 : Les chefs d’Etat regagnent l’île Seguin en Mirage (c’est le nom de leur bateau)

Ce ne serait pas très écolo sinon…

 

15h30 : La séance plénière va débuter

Les cinquante chefs d’Etat se rassemblent sur l’île Seguin après un déjeuner à l'Elysée avec Emmanuel Macron. 

Ils entrent un par un dans l'Auditorium où doit se tenir la séquence de haut niveau clôturant ce «One planet summit».

 

14h45 : Quand « Schwarzy » file la métaphore avec le bodybuilding pour parler aux jeunes d’écologie

Décidément, Arnold Schwarzenegger ne fait rien comme les autres aujourd’hui. L’acteur bodybuildé, ex-gouverneur de Californie, est arrivé à vélo dans la cour de l'hôtel de Ville ce matin pour une réception avec Emmanuel Macron. Cet après-midi, cette fois-ci au One Planet Summit, dans un message qu’il adressait à une salle remplie de jeunes, « Governator » a commencé par parler de bodybuilding. « J’ai été champion du monde de bodybuilding, c’est génial, lance-t-il. Mais ce n’était pas vraiment alors un sport très populaire. Alors j’ai donné des cours, j’ai écrit des livres, j’ai donné des interviews, je me suis déplacé à travers le monde pour faire la promotion du bodybuilding. Et d’un seul coup, j’ai vu apparaître de plus en plus de salles de sport, des magazines sur le culturisme, le fitness de façon général… »

« Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que c’est la même chose pour l’écologie, reprend Arnold Schwarzenegger. On entend dire que ça va trop lentement, que c’est une catastrophe, que le monde ne sera jamais propre, qu’on est accro aux énergies fossiles… Oui, on ira étape par étape, mais nous allons conclure ce marathon. N’acceptez pas qu’on vous dise que vous n’allez pas arriver. Pensez oui quand on vous dit non. »

14h35 : Le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris est une « honte » pour Kerry

La décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’Accord de Paris, et de n’envoyer ce mardi dans la capitale française qu’un chargé d’ambassade, est « une honte », a estimé l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry, au sommet climat où le président américain a été la cible de critiques.

« C’est une honte, si vous regardez les faits, la science, le bon sens, tout le travail qui a été fait », a dit John Kerry à l’AFP. L’accord de 2015 contre le réchauffement « ne s’est pas fait en un an à Paris. Ce sont 26 années de travail déshonorées par des gens qui ne comprennent rien à la science ».

A la tribune, John Kerry, qui avait joué un grand rôle au côté de Barack Obama dans l’adoption de l’accord, a été très applaudi par l’assistance du « One Planet Summit », quand il a dénoncé « une décision autodestructrice prise dans un but politique ». « Donald Trump s’est peut-être retiré de Paris, mais pas le peuple américain », a-t-il ajouté, citant l’engagement de nombreux Etats américains, villes, entreprises.

14h30 : « Schwarzy » veut faire pour le climat ce qu'il a fait pour le bodybuilding 

Dans son message à la jeunesse, Arnold Schwarzenegger plutôt que parler d’écologie file la métaphore sur le bodybuilding, sport confidentiel avant que lui et d’autres en fasse la promotion. « Maintenant, y a des salles de sport partout », lance l'ancien culturiste et ex-gouverneur de la Californie. « C’est pareil avec l’écologie. On vous dira que le monde sera jamais propre, qu’on est accro aux énergies fossiles. N’acceptez pas qu’on vous dise que vous n’allez pas y arriver. Pensez oui quand on vous dit non ! »

«N'écoutez jamais les pessimistes, les rabats-joie, ceux qui vous disent que c'est impossible. Soyez déterminés. Poursuivez votre ambition. Cela vaut pour le climat comme pour tout».

 

13h50: Les chefs d’Etat à l’Elysée pour un déjeuner

Plus de 160 chefs d’Etat ont été accueillis à déjeuner ce midi à l’Elysée. A l’issue du déjeuner, les invités se rendront à bord de bus électriques vers le pont Alexandre III, où ils embarqueront à bord d’un bateau mouche, Le Mirage, pour descendre la Seine jusqu’à la Seine Musicale, lieu du One Planet Summit.

13h29 : L’environnement dans l’objet social des entreprises : « une mauvaise idée », juge Gattaz

13h27 : La Banque mondiale ne financera plus l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz après 2019

L’institution multilatérale souhaite ainsi « aligner sur les objectifs de l’accord de Paris » les financements qu’elle accorde aux Etats, a-t-elle expliqué dans un communiqué, précisant que des exceptions pourront être envisagées pour des pays en développement qui auraient des besoins spécifiques en terme d’accès à l’énergie.

12h45 : Hulot se prononce aussi pour le « pas un euro de plus pour les énergies fossiles »

Nicolas Hulot, qui coprésidait l’un des quatre panels de discussions de cette matinée, au One Planet Summit, est revenu sur la question des investissements aux énergies fossiles, dont il fait un des moyens d’action pour gagner la lutte contre le changement climatique. « Un impératif nous a été fixé par la communauté scientifique, commence-t-il. Cet impératif est de renoncer entre 60 et 70 % des réserves d’énergies fossiles que nous avons facilement sous nos pieds. Les politiques publiques ne doivent donner aucune perspective à ces énergies fossiles. »



« La cohérence est bien, chacun à sa mesure, à son rythme, mais avec le même objectif et la même détermination, de programmer la fin des énergies fossiles, poursuit le ministre de la transition énergétique et solidaire. Il faut bien comprendre que ces énergies appartiennent au passé. Elles ne sont plus la solution, elles sont le problème. Et il faut sortir de cette hypocrisie où d’un côté on dit qu’il faut sortir des énergies fossiles et de l’autre, l’ensemble de la communauté internationale, et ça vaut pour mon propre pays, continue à financer sous diverses manières ces énergies fossiles. »

12h40 : « Il ne faut plus donner aucune perspective aux énergies fossiles » affirme Hulot

Nicolas Hulot appelle « ne plus donner aucune perspective aux énergies fossiles », qui « appartiennent aux énergies du passé », ce mardi au « One Planet Summit ». Le ministre de la Transition écologique appelle à la fin des investissements dans les énergies fossiles, y compris en France.

 

12h30 : Dès 2020, Macron portera à 1,5 milliard d'euros par an dès 2020 l'aide française à l'adaptation pour les pays du Sud

Le chef de l'Etat l'a annoncé au journal Le Monde.

12h10 : Une décision sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera prise « au plus tard en janvier »

« Une décision définitive » sur le projet controversé de Notre-Dame-des-Landes « sera prise au plus tard en janvier », affirme Emmanuel Macron ce mardi dans un entretien au Monde, à la veille de la remise du rapport des médiateurs. « Le Premier ministre et les ministres concernés demanderont des compléments s’il y a lieu, et une décision définitive sera prise au plus tard en janvier. Les intérêts climatiques seront évidemment pris en compte dans notre décision. Il y a aussi les aspects démocratiques et économiques », dit le chef de l’Etat.

12h : Macron estime que « nous sommes très loin de l’objectif de l’accord de Paris »

Emmanuel Macron a estimé ce mardi, dans un entretien au Monde publié le jour du « One Planet Summit », qu’une « mobilisation beaucoup plus forte » et « un choc » dans les « modes de production » étaient indispensables pour « contenir » la hausse des températures sous le seuil de 2 degrés.

« Nous sommes très loin de l’objectif de l’accord de Paris de contenir la hausse des températures sous le seuil de 2 degrés, et si possible 1,5 degré. Sans une mobilisation beaucoup plus forte, un choc dans nos propres modes de production et de développement, nous n’y parviendrons pas », affirme le président de la République.

11h50 : « Washington ne peut rien faire contre nous » lance Michaël Bloomberg

Michaël Bloomberg, ancien maire de New York, est hyperactif à ce « One Planet Summit ». Et pour cause, il est l’un des acteurs phares des « We are still in » [« Nous sommes toujours là »]. Cette coalition d’acteurs (des villes, des entreprises, des Etats américains) a été lancée au lendemain de l’annonce de Donald Trump de quitter l’Accord de Paris. Et cette coalition va bien, informe Michaël Bloomberg. « Elle représente aujourdhui plus de la moitié de l’économie américaine, le nombre de participants continue à augmenter et ensemble, nous allons réussir à atteindre les objectifs que les Etats-Unis s’étaient initialement fixés avec l’Accord de Paris, soit une réduction de 26 % de nos émissions de gaz à effet de serre ».

« Washington ne peut rien faire pour nous arrêter, poursuit l’ancien maire de New York. Bien au contraire, le président Trump a réussi rapprocher tous ceux qui ont compris qu’il fallait agir. (…) Nous devrions presque lui être reconnaissants. »

 

11h05 : Cent entreprises polluantes pointées du doigt

Un groupement de 225 grands investisseurs a décidé de mettre la pression sur 100 entreprises parmi les plus émettrices de gaz à effet de serre, pour qu’elles adaptent leur modèle à la lutte contre le réchauffement climatique. Ils ont baptisé leur action « ClimateAction 100 + ». Parmi les investisseurs qui pointent ces pollueurs, on trouve notamment le géant bancaire britannique HSBC ou le plus gros fonds de pension public américain (CalPERS). Ils veulent s’assurer que ces entreprises « agissent rapidement pour améliorer leur gouvernance sur le changement climatique, réduisent leurs émissions et renforcent la publication de leurs informations financières relatives au climat », écrivent-ils dans un communiqué publié ce mardi au sommet climat de Paris.

Quant aux pollueurs pointés du doigt, il s’agit notamment de grands groupes pétroliers et gaziers (BP, Chevron, Coal India, etc.), d’acteurs du secteur des transports (Airbus, Ford, Volkswagen, etc.), et de groupes miniers et sidérurgiques (ArcelorMittal, BHP Billiton, Glencore, etc.).

Pendant cinq ans, les investisseurs de « ClimateAction 100 + » vont suivre de près ces entreprises. Si elles font des progrès suffisants, elles pourront être retirées de la liste. Les 225 investisseurs impliqués dans cette action représentant 26.300 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

 

11h : On connaît les 18 lauréats de l'initiative «Make Our Planet Great Again» 

Sept femmes et onze hommes originaires de six pays. Emmanuel Macron a dévoilé lundi les 18 premiers lauréats de l’initiative « Make Our Planet Great Again », lancée après l’annonce par Donald Trump, en juin, de retirer les Etats-Unis de l’accord sur le climat. 

Parmi les 18 projets retenus, la majorité (13) provient des Etats-Unis. Mais le Canada, l’Italie, l’Espagne, l’Inde et la Pologne sont également représentés. Un palmarès à découvrir par ici.

 

10h50: «Schwarzy» est arrivé en vélo hier à Paris

Pour le plaisir des yeux, et si vous l'aviez loupé, voici le gouverneur de la Californie sur un rutilant vélo vert, mardi à Paris. Arnold Schwarzenegger a rencontré la maire de Paris Anne Hidalgo à la veille du sommet pour le climat.

 

10h40 : L’entreprise Axa va désinvestir du charbon et des sables bitumineux

Les acteurs privés profitent de ce sommet pour faire quelques annonces «vertes». Ainsi, le géant de l’assurance Axa a déclaré ce mercredi qu’elle désinvestit 2,4 milliards d’euros du charbon et 700 millions de dollars des sables bitumineux, deux sources d'énergie très polluantes. L’ONG Les Amis de la Terre s’en est réjouie, comme le député LREM Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot.

 

10h30 : Les ONG manifestent au Panthéon contre les énergies fossiles

Pendant que les dirigeants politiques et chefs d’entreprise discutent sur l’île Seguin, plusieurs ONG de défense de l’environnement manifestent « contre les énergies du passé » ce mercredi matin devant le Panthéon à Paris. Elles demandent aux gouvernements de mettre fin à l’utilisation des énergies fossiles. Il y a notamment la Fondation Nicolas Hulot, créé par l'actuel ministre de la Transition écologique. 

 

10h20 : Des agences spatiales veulent un « Observatoire spatial du climat »

C’est d’une certaine façon la première annonce du One planet summit, puisqu’entérinée dès lundi soir lors d’une réunion d’une vingtaine d’agences spatiales d’une vingtaine de pays, organisée au siège du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales). Elles ont proposé à la création d’un « Observatoire spatial du climat », visant à mutualiser les données climatiques obtenues depuis l’espace, dans une déclaration adoptée lundi soir à Paris. 

La Chine, le Japon, l’Inde, l’Europe, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, la Suisse, l’Autriche, la Suède, la Norvège, la Roumanie, Israël, l’Ukraine et les Émirats Arabes Unis notamment, ont adopté cette « Déclaration de Paris », rédigée sous l’impulsion de la France. Il manque en revanche la Russie et les Etats-Unis.

« Le but de cet Observatoire spatial du climat est d’arriver à coordonner tous les moyens qui existent », explique à l’AFP Jean-Yves Le Gall, le président du CNES. « Aujourd’hui, la plupart des pays ne partagent pas leurs données satellitaires sur le climat. Il faut arriver à une libre circulation de ces données », dit-il. « Mais il faut aussi que les pays se mettent d’accord sur la nomenclature de ces données, sur leur forme, afin qu’on puisse les comparer ».

 

10h15 : L’AFD va donner 30 millions d’euros pour lutter contre la dégradation des terres

Jean-Yves Le Drian annonce que l’Agence française de développement va contribuer au fonds pour lutter contre la dégradation des terres à hauteur de 30 millions d’euros. Depuis 2005, l’AFD indique avoir engagé 24 milliards d’euros pour le climat, sur son site.

 

 

9h50 : «Parce que c'est notre planète !»

Décidément, l'écologie inspire de bonnes punchlines aux marcheurs.

 

9h20: C'est parti ! Le sommet a officiellement débuté

Les discussions ont démarré autour du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

 

08h55 : Le sommet ne va plus tarder à débuter...

Et notre reporter (en herbe, haha) est sur place. 

 

08h45 : « Il faut quitter un monde qui est le problème, celui des énergies fossiles pour construire un monde des solutions avec les énergies renouvelables », lance Nicolas Hulot

Le ministre de l'Ecologie était au micro de RFI ce mari matin. 

08h23 : Macron interpelle Trump sur sa « responsabilité face à l’Histoire »

D’une voix posée, en anglais, Emmanuel Macron a interpellé lundi son homologue américain Donald Trump sur sa « responsabilité face à l’Histoire » concernant sa décision de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris, dans une interview à la chaîne CBS à la veille d’un sommet sur le climat à Paris.

La suite de l'entretien est à retrouver là

08h15 : Une délégation de philanthropes reçue par Emmanuel Macron

Le Président de la République, Emmanuel Macron reçoit une délégation de philanthropes en vue d’échanger sur le rôle de la philanthropie dans la lutte contre le réchauffement climatique, et l’application des accords de Paris. Cette délégation sera composée de Michael Bloomberg, Stephen Brenninkmeijer, Richard Branson, Bill Gates, Eric Gimon, Christopher Hohn, Caio Koch-Weser, Larry Kramer, John McCall Macbain et Craig McC.

08h00 : Vous avez raté l’entrée écolo d’Arnold Schwarzenegger à l’Hôtel de Ville de Paris ? C’est cadeau, ne me remerciez pas

En visite dans la capitale lundi pour rencontrer la maire Anne Hidalgo, l’ex-gouverneur de Californie est entré dans la cour de l’Hôtel de Ville à vélo. Un vélib électrique précisément, qui sera mis en service au 1er janvier 2018.

Applaudi par la maire de Paris, il est ensuite descendu de son deux-roues pour la saluer. Vêtu d’une cravate verte, celui qui a incarné Terminator au cinéma a ensuite donné une conférence de presse commune avec Hidalgo.

07h55 : Mais au fait, il va servir à quoi ce sommet voulu par Emmanuel Macron ?

« Un sommet de l‘action, de la mise en œuvre » et non pas « un sommet de tribunes, d’incantations où des chefs d’Etats prennent tour à tour la parole… » Bref, du concret… C’est du moins la promesse martelée par les trois organisateurs (France, Nations unies et Banque mondiale) du « One planet summit ». 

Une douzaine d’annonces sont promises. Côté français, on pousse à l’instauration d’une taxe sur les transactions financières adoptée à l’échelle européenne.

Tous les détails sont à retrouver par ici

07h50 : Bonjour et bienvenue à tous sur ce live pour suivre en direct avec nous le « One Planet summit », à l’occasion du deuxième anniversaire de l’Accord de Paris.