C’est quoi cette neige urbaine tombée sur Grenoble et régulièrement observée dans les villes?

METEO Ce phénomène météorologique a été observé la semaine dernière dans l’agglomération grenobloise…

Elisa Frisullo

— 

Plusieurs conditions doivent être réunies pour que se forme la neige urbaine. Illustration.
Plusieurs conditions doivent être réunies pour que se forme la neige urbaine. Illustration. — G. Varela / 20 Minutes
  • Un phénomène de ce type a été observé le 6 décembre dans l’agglomération grenobloise.
  • Il n’est pas si rare d’observer de la neige urbaine dans les villes touchées par la pollution aux particules fines.
  • Plusieurs conditions doivent être réunies pour que tombe cette neige particulière.

En regardant de près les flocons ayant blanchi le sol, vous ne remarquerez rien d’inhabituel. Et pourtant. Si vous habitez dans une grande métropole, fréquemment concernée par les épisodes de pollution aux particules fines, il est fort probable que vous ayez déjà été concernées par des chutes de neige urbaine, également appelée neige industrielle. Ce phénomène a été observé le 6 décembre dernier dans l’agglomération grenobloise, à Saint-Egrève exactement, où une fine pellicule blanche a recouvert la ville. Mais de quoi s’agit-il précisément ?

Quelles conditions pour la formation de neige urbaine ?

La formation de cette poudreuse spécifique est possible lorsque plusieurs conditions sont réunies. La neige urbaine ne se forme que dans les lieux où la concentration des particules fines est importante. Soit dans les centres urbains ou dans les zones industrielles. « Il faut également des conditions météo spécifiques. La neige urbaine se forme lors des périodes anticycloniques, c’est-à-dire les situations dans lesquelles il n’y a pas de vent ni de perturbation », indique Christian David, prévisionniste au centre Météo-France de Lyon. Il faut également que l’air soit humide et froid, avec des températures inférieures à zéro degré. « En général, ces jours-là sont marqués par un épais brouillard givrant », ajoute le spécialiste.

>> A lire aussi : Tout comprendre à la pollution qui sévit à Lyon

Comment se forme cette neige de particules ?

Les particules fines, dues au trafic automobile, aux émissions industrielles et aux chauffages à bois défectueux, sont concentrées à assez basse altitude. « Les cristaux de glace, en suspension dans l’air humide, vont se former, entre la plaine et les 1.500 mètres d’altitude et venir s’agglomérer autour des particules fines. Des flocons vont alors se former et vont finir par tomber au sol sous la forme d’une neige en grain », précise Christian David. Petit indice supplémentaire qui permet de la différencier de la poudreuse « classique », la neige urbaine tombe en petite épaisseur, ne dépassant que très rarement les 2 à 3 centimètres au sol.

 

Est-ce un nouveau phénomène ?

S’il est assez récent que l’on parle de cette neige urbaine, ce phénomène n’est pourtant pas nouveau. « Dans les années 1990, j’habitais à Mâcon et j’observais déjà ce phénomène presque tous les hivers. En arrivant à Lyon, dans les années 2000, j’ai régulièrement vu de la neige urbaine », ajoute le prévisionniste. En début d’année, ces flocons pollués de basse altitude avaient été observés dans plusieurs régions de France, notamment en Ile-de-France, dans les Pays de la Loire ou encore en Lorraine.

Quelles sont les villes les plus concernées ?

Pas de jaloux, en la matière, la plupart des grandes métropoles sont concernées selon Météo-France. En Auvergne Rhône-Alpes, de la neige urbaine tombe régulièrement en plaine dans la région lyonnaise, aux abords de Feyzin notamment, dans l’Est lyonnais, le Val-de-Saône (Villefranche, Mâcon) et le nord Isère (Saint-Quentin-de-Fallavier). Ailleurs en France, il n’est pas rare que des flocons de particules viennent blanchir les sols « dans la région parisienne, ou même dans l’agglomération de Marseille », précise le prévisionniste.