Maladie du frêne: On va devoir replanter deux millions d’arbres dans les forêts du Nord

ENVIRONNEMENT Incapable de freiner l’extinction des frênes, l’Office national des forêts vient de lancer une vaste opération de plantation de 2 millions d’arbres dans la région…

Gilles Durand

— 

Illustration de frênes.
Illustration de frênes. — ONF
  • Les frênes disparaissent des forêts domaniales du Nord-Pas-de-Calais.
  • Ces arbres représentent 40 % des essences.
  • Environ 2 millions de frênes doivent être replantés dans les vingt prochaines années.

Opération reconquête dans les bois. Depuis 2009, les forêts de la région traversent une crise sans précédent avec le dépérissement total des frênes. Ces arbres sont en effet touchés par un champignon venu de l’est : la chalarose. Et comme, dans le Nord-Pas-de-Calais, les frênes composent environ 40 % des massifs forestiers domaniaux (qui appartiennent à l’Etat), on imagine sans mal l’ampleur des dégâts.

Environ 300.000 m3 de bois abattus

« Dans les vingt prochaines années, ce sont 300.000 m3 de bois qui vont être abattus pour des raisons de sécurité », souligne l’Office national des forêts (ONF). En volume, cela représente un tas de bois de 1m sur 1m, de Paris jusqu’à Roubaix ; en surface, l’équivalent de 4.000 terrains de foot.

>> A lire aussi : Malades, les frênes de la forêt de Phalempin, dans le Nord, vont être abattus

Après six années de destruction des frênes et de sécurisation des forêts, c’est la phase de plantation qui commence, ce vendredi, à Hardelot. Et ce n’est pas un petit chantier puisque 100.000 arbres doivent être remis en terre. « Il s’agit du premier acte d’une opération qui doit durer vingt ans et aboutir à 2 millions d’arbres replantés », note l’ONF.

Les forêts ont rouvert cet été

A la place des frênes, des chênes, tilleuls, hêtres ou encore merisiers devront reconquérir les forêts domaniales de la région. Grâce à un financement participatif et au mécénat, l'office espère récolter le budget nécessaire pour cette opération pharaonique, à savoir un million d’euros.

Pendant un an, environ 350 km de chemins avaient dû être fermés dans les cinq forêts domaniales de Desvres, Vimy, Nieppe, Boulogne-sur-Mer et Hardelot. Ils ont été rouverts cet été.