Lyon: Le zoo de la Tête d'Or va se doter d'une forêt asiatique avec un décor aux allures de temple cambodgien

ANIMAUX L'espace, qui sera réalisé à la place de l'enclos des éléphants, accueillera en 2020, 25 nouvelles espèces, menacée de disparition...

Caroline Girardon

— 

Le Parc de la Tête d'Or de Lyon va se doter d'une forêt asiatique, qui devrait ouvrir au printemps 2020.
Le Parc de la Tête d'Or de Lyon va se doter d'une forêt asiatique, qui devrait ouvrir au printemps 2020. — ALEP Architectes et BASE Paysagistes
  • Après la plaine africaine, le zoo de la tête d’Or se dotera d’une forêt asiatique en 2020.
  • L’enclos des éléphants sera transformé pour accueillir 25 nouvelles espèces menacées de disparition.
  • Ce sera également le grand retour des reptiles, depuis la fermeture du vivarium en 2000. Il s’agira d’offrir aux visiteurs un « espace immersif ».

Une « expérience à la Indiana Jones ». Ou un clin au palais du Roi Louie, si vous préférez Le Livre de la jungle. C’est ainsi que la mairie de Lyon voit le nouveau projet de « Forêts d’Asie », qui devrait voir le jour au printemps 2020. Après la réalisation de la plaine africaine, inaugurée au début au milieu des années 2000, le zoo du parc de la Tête d’Or poursuit lentement sa mue.

L'enclos des éléphants, désormais vide depuisle départ des médiatiques Baby et Népal sur le Rocher monégasque, deviendra d’ici deux ans et demi « un nouvel espace immersif ». Comprenez que le bâtiment principal, datant de 1964, et ses alentours seront conservés mais reconvertis en forêt d’acclimatation.

L'enclos des éléphants, qui mesures 4.000 mètres carrés, sera transformés en forêt asiatique, comprenant l'ancien bâtiment et des volières extérieures.
L'enclos des éléphants, qui mesures 4.000 mètres carrés, sera transformés en forêt asiatique, comprenant l'ancien bâtiment et des volières extérieures. - ALEP Architectes et BASE Paysagistes

Des airs de temps cambodgiens

« On fera appel à l’imaginaire du temple asiatique noyé dans la végétation et prêt à être exploré », révèle Philippe Allart, l’architecte en charge du projet. L’ensemble comprendra également deux volières extérieures, l’une accueillant des oiseaux et l’autre des gibbons à favoris blancs.

>> A lire aussi : Nouvelles naissances au zoo du Parc de la Tête d'Or

L’objectif : plonger les promeneurs au cœur de cette forêt à la végétation rampante ou grimpante. « Les visiteurs seront à l’affût. Ils pourront observer de près les animaux sans pour autant les déranger », complète le paysagiste Bertrand Vignal. « La plaine africaine ne permet pas une telle immersion puisqu’on n’en fait que le tour et qu’on reste éloigné. Là, nous souhaitons aller plus loin dans la présentation des espèces », ajoute Xavier Vaillant, le directeur du zoo.

L'ancien bâtiment des éléphants, datant de 1964, sera conservé pour abriter des enclos accueillant 25 nouvelles espèces animales.
L'ancien bâtiment des éléphants, datant de 1964, sera conservé pour abriter des enclos accueillant 25 nouvelles espèces animales. - ALEP Architectes et BASE Paysagistes

L’arrivée de 25 nouvelles espèces

« Ce choix est guidé par l’accélération des dangers qui pèsent sur la biodiversité », précise-t-il. 25 nouvelles espèces, menacées de disparition, s’y installeront. Parmi lesquelles, des tapirs malais, des binturongs, des élaphodes, des civettes d’Owston et des faisans hooki bleu. Mais aussi des varans, un python vert et toutes autres sortes de reptiles, qui ont déserté le parc de la tête d’Or depuis la fermeture du vivarium en 2000.

« C’est quelque chose que les Lyonnais attendaient depuis longtemps », poursuit Xavier Vaillant, conscient de l’attrait exercé par les serpents. Et d’ajouter : « Nous allons enfin avoir un zoo de taille importante. »

>> A lire aussi : Le zoo de la Tête d'Or centré sur la préservation des espèces

Si le Parc de la Tête a vu au fil des années, nombre de ses animaux vedettes périr ou s’exiler vers d’autres contrées, comme les tigres, éléphants ou ours, il s’est néanmoins spécialisé dans l’accueil des espèces moins médiatiques mais menacées. Il fait aujourd’hui partie des 33 programmes d’élevages européens. « On accueille de nouveaux animaux pour qu’ils se reproduisent. L’objectif est ensuite de les réintroduire dans leur milieu d’origine », conclut la mairie.

Le projet de foret asiatique du parc de la Tête d'Or de Lyon, se veut
Le projet de foret asiatique du parc de la Tête d'Or de Lyon, se veut - ALEP Architectes et BASE Paysagistes