VIDEO. Strasbourg: Pour l'environnement, «il va falloir changer de braquet»

«PLAN CLIMAT» Si les « initiatives citoyennes » en faveur de l’environnement se multiplient, le mouvement doit s’intensifier. Aussi, l’Eurométropole travaille sur un plan « climat 2030 »…

Gilles Varela

— 

Alsace: Soleil et grosse chaleur provoquent un épisode de pollution à l'ozone (Illustration)
Alsace: Soleil et grosse chaleur provoquent un épisode de pollution à l'ozone (Illustration) — G. VARELA / 20 MINUTES
  • Un plan « climat 2030 » va être mis en place dès 2019 dans l’Eurométropole.
  • Les collectivités espèrent mobiliser le plus grand nombre et agir localement.

Que l’on prenne les chiffres dans un sens ou un autre, cela ne change pas grand-chose à la situation. Oui, le réchauffement climatique n’est pas un mauvais rêve et les relevés de Météo France, tout comme les précisions des experts, l’attestent. Et cela près de chez vous, tout près même… Selon le directeur interrégional pour Météo France Nord Est, Yves Grégoris, la température moyenne a augmenté d’un degré sur les trente dernières années.

Et ce phénomène devrait s’accentuer, dépassant les prévisions faites il y a deux ans lors de la COP 21. D’ici à 2100, les spécialistes tablent sur une augmentation de quatre degrés des températures moyennes, même en Alsace. Ça, c’est pour le décor, et n’allez pas imaginer la plage et les cocotiers à Strasbourg. Non, toujours selon Météo France, les vagues de chaleurs vont se multiplier, pouvant durer jusqu’à trois mois, mais aussi des précipitations qui vont s’intensifier.

Mobiliser tous les acteurs du territoire

Alors, même si les initiatives se multiplient à tous les niveaux, « cela n’est pas suffisant, il faut changer de braquet », estime Robert Herrmann, président de l’Eurométropole. C’est pourquoi un plan climat 2030, qui devrait être effectif dès 2019, prévoit, entre autres, une diminution de 40 % des gaz à effet de serre, ou bien encore 30 % d’économie de la consommation d’énergie et se fixe même un objectif de 100 % d’énergie renouvelable en 2050. Avec cerise sur le gâteau, la création espérée de 27.000 emplois. Rénovations thermiques, développements des énergies renouvelables, politique de mobilité, urbanisme durable, innovations, biodiversité, le plan climat 2030 se dessine.

>> A lire aussi : Entre impératifs climatiques et tiraillements politiques, la COP23 s'ouvre sous pression

En prélude, des conférences, des débats, des rencontres mais aussi une concertation numérique ouverte à tous vont être organisées dès le 16 novembre. Avec pour objectif de mobiliser le plus grand nombre. Car il faut bien le reconnaître, les résistances idéologiques, sociétales, techniques et financières semblent encore freiner « l’élan général » même si les initiatives citoyennes comme le Défi foyer zéro déchet se multiplient avec succès. « Je trie, je limite les emballages inutiles, je me déplace tant que possible à vélo. Mais c’est une goutte d’eau. Quant à mon proprio, avant qu’il fasse une rénovation thermique, il va falloir attendre encore longtemps », confie Marie.

>> A lire aussi : Le gouvernement envisage un «bonus malus» pour les logements mal isolés

Et les témoignages au quotidien illustrent la diversité des difficultés rencontrées par tout un chacun. En nouveau propriétaire, Mathias, qui vit dans un appartement ancien du centre-ville, hésite à faire une rénovation thermique : « Je sais que mon appartement est une passoire énergétique. Mais les techniques évoluent tellement vite que j’ai peur de devoir recommencer dans quelques années. Je vais attendre un peu. »

« Il faut susciter l’empathie autour de la transition énergétique »

Et même les collectivités buttent parfois. Pour exemple, le bâtiment administratif place de l’Etoile aligne une facture énergétique annuelle de 700.000 euros. Mais une rénovation énergétique n’est toujours pas à l’ordre du jour, faute d’un coût trop élevé…

Des difficultés en tout genre, voilà bien longtemps que les politiques locales essayent d’y remédier et de mobiliser tous les acteurs du territoire et ses 33 communes. C’est d’ailleurs « localement que se concrétiseront les accords de Paris, car c’est là que se trouvent les clés du changement », n’hésite pas à rappeler Alain Jund, en charge de la mise en œuvre du plan climat 2030, « convaincu qu’il faut susciter l’empathie autour de la transition énergétique ».