L'ascension d'Uluru, le rocher le plus célèbre d'Australie, sera interdite en 2019

SITE NATUREL De nombreux touristes mettent l’ascension d’Uluru, aussi appelé Ayers Rock, sur leur « to do list » en Australie. Mais les aborigènes Anangu, qui vénèrent le lieu depuis des dizaines de milliers d'années, s’y opposent...

20 Minutes avec AFP

— 

A partir de 2019, les touristes ne pourront plus grimper sur Uluru.
A partir de 2019, les touristes ne pourront plus grimper sur Uluru. — Rob Griffith/AP/SIPA

A partir de 2019, les touristes ne pourront plus grimper sur Uluru, célèbre formation rocheuse au coeur du désert australien considérée comme sacrée dans la culture aborigène, ont annoncé les autorités qui leur reprochent de la considérer comme un «parc à thème».

De nombreux touristes considèrent que l'escalade d'Uluru, également appelé Ayers Rock, fait partie des choses qu'il faut absolument faire quand on visite l'Australie.

Un lieu vénéré depuis des dizaines de milliers d'années

Mais les aborigènes Anangu, qui vénèrent le lieu depuis des dizaines de milliers d'années, s'opposent totalement à son ascension.

Le conseil d'administration du Parc national d'Uluru-Kata, constitué entre autres de représentants de la communauté aborigène, a décidé mercredi à l'unanimité d'interdire l'ascension d'Ayers Rock, interdiction qui entrera en vigueur en octobre 2019.

>> Lire aussi: L’incroyable vidéo du Mont Uluru vu du ciel par un drone

«Cette décision est une décision dont doivent être fiers les Anangu comme les non Anangu, réaliser que bien sûr, il faut fermer le site», a déclaré au groupe de médias ABC le président du conseil d'administration Sammy Wilson.

« Pas une cour de récréation ou un parc à thème »

La formation rocheuse n'est pas un «parc à thème», s'est-il insurgé. «Certains au gouvernement ou dans le secteur du tourisme peuvent estimer que le site doit rester ouvert mais ce n'est pas leur loi qui règne sur cette terre», a-t-il déclaré. «C'est un lieu extrêmement important, pas une cour de récréation ou un parc à thème».

M. Wilson a appelé les touristes à respecter la décision. «Si je voyage dans un autre pays et qu'il y a un site sacré, une zone en accès restreint, je n'y rentre pas, je n'y grimpe pas, je le respecte», a-t-il dit dans un communiqué. «C'est la même chose ici. Nous accueillons les touristes. Nous ne voulons pas arrêter le tourisme, juste cette activité».

300.000 personnes s’y rendent chaque année

Cela fait longtemps que les autorités du parc cherchent à interdire l'escalade du monolithe aux teintes rouges de 348 mètres de haut.

Environ 300.000 personnes s'y rendent chaque année. Il n'existe pas de statistiques sur le nombre de touristes qui font effectivement l'escalade mais leur nombre aurait diminué. En tout état de cause, l'ascension n'est pas facile, avec des températures qui dépassent souvent les 45 degrés Celsius, et plusieurs décès se sont produits sur la montagne.