Pour le tribunal administratif de Bordeaux, Maya l'éléphante peut rester dans son cirque itinérant

ANIMAUX L'association One Voice, qui réclamait le retrait de l'animal et son placement, a été déboutée par le tribunal administratif...

Mickaël Bosredon

— 

L'association One Voice veut sauver l'éléphante Maya d'un cirque du Lot-et-Garonne.
L'association One Voice veut sauver l'éléphante Maya d'un cirque du Lot-et-Garonne. — One Voice

Le tribunal administratif de Bordeaux a rejeté, ce lundi 23 octobre, la demande de l’association One Voice, qui réclamait le retrait et le placement dans un centre de soins de l’éléphante Maya, qui fait partie d’un cirque itinérant.

>> A lire aussi : Le sort de Maya, éléphante de cirque, discuté au tribunal administratif de Bordeaux

Selon ses observations, l’association assure que le pachyderme de 54 ans présente des signes d’amaigrissement et de stress. « Le rapport que nous avons demandé à un vétérinaire spécialiste des éléphants, et qui a examiné Maya via des rushs vidéo - puisqu’il nous est interdit de l’approcher - assure qu’il n’a jamais vu un éléphant dans cet état, et qu’il est proche de l’euthanasie » déplore Muriel Arnal, présidente de One Voice.

« Nous allons demander une expertise de l’éléphante »

Mais ce rapport, elle n’a pu le présenter à la justice. Contrairement à la préfecture qui a fourni deux certificats vétérinaires, et qui eux disent le contraire. Résultat : l’association a été déboutée, et devra même rembourser 1.200 euros de frais d’avocats.

« Mais nous n’allons pas nous arrêter là, assure Muriel Arnal. Ces certificats vétérinaires n’évoquent que l’aspect sanitaire de l’animal, pas son bien être. Nous allons demander une expertise de l’éléphante, et nous avons par ailleurs une plainte de déposée pour acte de cruauté qui est en instruction. » En attendant, Maya restera avec son cirque lot-et-garonnais.