Un parc éolien flottant relié au réseau en Ecosse, une première mondiale

ENERGIE Jusqu’à présent, seules des éoliennes fixées sur des mats plantés dans le plancher océanique, dans des zones de faible profondeur, avaient été raccordées. Hywind ouvre la porte à des territoires jusque-là inaccessibles...

20 Minutes avec AFP

— 

Un champ d'éoliennes flottantes a commencé à produire de l'électricité au large de l'Ecosse, une première mondiale.
 (Photo illustration)
Un champ d'éoliennes flottantes a commencé à produire de l'électricité au large de l'Ecosse, une première mondiale. (Photo illustration) — LODI Franck/SIPA

Un champ d'éoliennes flottantes a commencé à produire de l'électricité au large de l'Ecosse, une première mondiale, a annoncé mercredi la compagnie pétrolière norvégienne Statoil.

Du courant pour l’équivalent de 20.000 foyers

Cet ensemble d'éoliennes en mer, appelé Hywind, dispose d'une capacité de 30 MégaWatt, capable d'alimenter en courant quelque 20.000 foyers, a précisé le géant norvégien dans un communiqué.

Installé en mer du Nord à 25 km au large de Peterhead (Aberdeenshire, nord-est de l'Ecosse), ce parc de vastes hélices tournant au gré des vents est le premier de ce type à alimenter un réseau électrique. Seuls des parcs expérimentaux avaient été installés jusqu'à présent sur la planète.

«Hywind peut fonctionner dans des eaux d'une profondeur allant jusqu'à 800 mètres, ce qui permet d'ouvrir à l'éolien offshore des territoires jusqu'à présent inaccessibles», s'est réjouie Irene Rummelhoff, vice-présidente exécutive de l'activité des énergies alternatives chez Statoil.

>> Lire aussi: La première éolienne maritime de France inaugurée à Saint-Nazaire

 

Les éoliennes en mer sont habituellement fixées sur des mâts plantés dans le plancher océanique, au sein de zones à faible profondeur maritime.

« Ouvre à la voie à de nouvelles géographies »

Le lancement de ce parc «montre que la technologie éolienne flottante peut être viable commercialement là où la mer est habituellement trop profonde pour les éoliennes offshore classiques», a noté Mohamed Al Ramahi, directeur général de Masdar, une entreprise d'énergie renouvelable d'Abu Dhabi associée à Statoil sur ce projet.

>> Lire aussi: Eolien en mer: L'Europe joue un rôle précurseur au niveau mondial

Il a ajouté que ce système «ouvrait la voie à de nouvelles géographies» de la production éolienne, dont le développement plus près des côtes est parfois freiné par des populations attachées à la beauté des paysages.

Les deux entreprises prévoient aussi de brancher un nouveau système de batterie, appelé Batwind, à ces éoliennes flottantes afin de pouvoir stocker une partie de l'électricité produite. Ce système de batteries au lithium sera doté d'une capacité d'1 MW, ont précisé les partenaires.

L’éolien représente déjà 11 % de la production électrique britannique

La Première ministre du gouvernement régional écossais, Nicola Sturgeon, a salué le raccordement d'Hywind comme une étape qui permettra à l'Ecosse de respecter ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, responsables du changement climatique.

Bénéficiant des vents vigoureux battant les îles de Grande-Bretagne, l'énergie éolienne sur terre et sur mer représente déjà 11% de la production d'électricité britannique. Le Royaume-Uni est le leader mondial de l'éolien offshore, avec un gros tiers des capacités mondiales, d'après le Global Wind Energy Council.

La France s'y met

Et la France? Elle tente peu à peu de rattraper son retard sur l'éolien offshore. La toute première éolienne en mer du pays a été inauguréele 13 octobre dernier à Saint-Nazaire. Baptisé Floatgen , cette éolienne est elle aussi flottante, non fixée donc au fond de l'océan. L’engin, dont la construction aura duré un an et demi, sera installé ces prochains jours au large du Croisic (Loire-Atlantique ), à environ 20 km des côtes. Sa mise en service s’effectuera début 2018.