Gaspillage alimentaire: Une puce change de couleur pour indiquer la fraîcheur des produits

CONSOMMATION Avec sa vignette «intelligente», l'entreprise nantaise Cryolog veut remplacer le système de date limite de consommation (DLC). Une idée pour limiter le gaspillage alimentaire, dont c'est la Journée nationale ce lundi...

Julie Urbach

— 

Illustration de Cryolog
Illustration de Cryolog — Cryolog
  • L'entreprise Cryolog, installée à Nantes, travaille depuis une dizaine d'années à la création d'une puce fraîcheur.
  • Cette vignette, qui passe du vert au rouge, est composée de micro-organismes qui se comportent comme les aliments. 
  • Utilisé pour le moment dans la restauration collective, le dispositif vient de convaincre les magasins Franprix.

Qui n’a jamais jeté un yahourt à la poubelle parce que la date de péremption était à peine dépassée ? A Nantes, au MIN, une entreprise assure avoir trouvé le filon pour lutter contre le gaspillage alimentaire, dont c’est la journée nationale ce lundi. Cryolog, c’est son nom, a mis au point une vignette « intelligente » qui change de couleur lorsque le produit est devenu impropre à la consommation.

Comment ? En fait, la petite pastille ronde est composée de micro-organismes qui réagissent de la même façon que ceux qui se trouvent dans le produit sur laquelle elle est apposée. Vert, c’est bon. Rouge, c’est trop tard. Le dispositif appelé TopCryo, qui a nécessité « 10 ans de recherche » avec le soutien de l’INRA, se veut donc beaucoup plus fiable que les dates inscrites sur les emballages.

Des dizaines de kilos d’aliments jetés par an

Selon Pierre Péteuil, le directeur général de Cryolog, le système permettrait de « garantir une meilleure sécurité alimentaire », notamment en détectant les éventuelles ruptures de la chaîne du froid lors du transport de la marchandise. Mais aussi de sauver beaucoup de denrées qui finissent aux ordures « au nom du principe de précaution ». Selon l’Ademe, 30 à 40kg d’aliments par personne seraient jetés par an… dont 7kg de produits encore emballés !

Car difficile de s’y repérer pour le consommateur entre les DLC ou autres DDM, des indications souvent épinglées par les associations de consommateurs pour leur manque de lisibilité ou leurs délais très voire trop courts. « La DLC est fixée par les industriels sur la base d’un frigo à 8°C, une température plutôt élevée », avance quant à lui Pierre Péteuil.

>> A lire aussi : Les produits invendus trouvent des clients grâce aux applis

Franprix se lance

Pour le moment, TopCryo est exclusivement utilisée par des professionnels, notamment dans la restauration collective ou par des traiteurs qui ont besoin de faire le tri dans leurs plateaux repas. Mais l’entreprise nantaise se dit prête à débarquer dans la grande distribution, avec carrément l’ambition de détrôner la fameuse norme européenne DLC. Une version de l’étiquette qui vire à l’orange avant d’être rouge, pour prévenir le consommateur avant que le produit soit dégradé, est en cours d’élaboration.

Déjà, depuis le mois d’octobre, l’entreprise de 7 salariés a réussi à convaincre les magasins Franprix de coller leurs étiquettes sur leurs colis de livraison à domicile, en région parisienne, comme gage de respect de la chaîne du froid.

Une idée qui fait son chemin en Allemagne mais qui a été soldée par un échec en France lorsque l’enseigne Monoprix a voulu l’essayer, il y a une vingtaine d’années. « C’est normal car à l’époque, on ne parlait pas de ces questions de gaspillage, estime Pierre Péteuil. Les habitudes de consommation mettent du temps à évoluer, mais je pense que désormais, ça peut aller très vite. »