Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
AGRICULTURENicolas Hulot et les agriculteurs «vont se revoir vite» sur le glyphosate

VIDEO. Glyphosate: Les agriculteurs en colère reçus par Nicolas Hulot et à l'Elysée

AGRICULTURE
250 agriculteurs ont manifesté ce vendredi matin au pied de l’Elysée contre la volonté du gouvernement d’interdire l’herbicide glyphosate en Europe, très utilisé mais classé comme « cancérogène probable ». Ils ont reçu la visite surprise de Nicolas Hulot...
Une délégation d'agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs ont été reçu ce vendredi matin par l'Elysée.
Une délégation d'agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs ont été reçu ce vendredi matin par l'Elysée. - F. Pouliquen/20minutes
Fabrice Pouliquen

Fabrice Pouliquen

L'essentiel

  • La France a annoncé qu’elle voterait contre la proposition de la commission européenne de renouveler pour dix ans l’autorisation d’utilisation du glyphosate, herbicide le plus utilisé en Europe mais classé «cancérigène probable» par l’ONU.
  • La FNSEA, premier syndicat agricole, estime qu’il n’y a à ce jour pas de moyen de substitution efficace à ce pesticide et que l’interdire impacterait un peu plus encore la compétitivité de l’agriculture française.

«Il y a du positif, le gouvernement semble ouvert au dialogue. » David Greffin, président de la section Île-de-France de la , premier syndicat agricole, et les quelque 250 agriculteurs réunis ce vendredi matin sur les Champs-Elysées, sortent de leur action de mobilisation avec la promesse du gouvernement de se revoir bientôt.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

La promesse de se revoir très vite

La manifestation visait à protester contre la possibilité d’importer aujourd’hui des produits agricoles traités au glyphosate alors même que la, les 5 et 6 octobre prochains, la proposition de la Commission européenne . La France a une position clé dans ce dossier, puisqu’une majorité qualifiée est requise pour renouveler le glyphosate, herbicide le plus répandu en Europe mais classé par une agence de l’ONU.

Réunis au pied de l’Elysée, les agriculteurs ont reçu la visite non prévue de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, et une délégation de responsables syndicaux présents a été reçu brièvement à l’Elysée. « On en ressort avec la promesse de se revoir très rapidement. Nicolas Hulot nous a laissés entendre qu’il se rendrait disponible dans les prochains jours pour une visite sur une exploitation agricole », a indiqué David Greffin.

L’agriculture française pas prête à se passer du glyphosate ?

C’est sur la , près de (Marne) que les agriculteurs manifestants aimeraient accueillir Nicolas Hulot. « Les agriculteurs travaillent sur cette exploitation depuis plusieurs années à des systèmes de culture qui permettraient de se passer ou du moins de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires comme le glyphosate, explique Cyrille Milard, agriculteur et secrétaire général de la . En vingt ans, nous avons déjà diminué en France de 50 % les volumes de produits phytosanitaires. Nous faisons des efforts. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

A ce jour, a assuré David Greffin, « les efforts n’ont pas encore payé. Aujourd’hui, il n’y a pas de moyen de substitution aussi efficace que le glyphosate. L’agriculture française n’est pas prête à une interdiction de cet herbicide comme le souhaiterait la France. Ce serait une atteinte forte à la compétitivité de nos exploitations déjà souvent en grandes difficultés. »

« Le gouvernement pas si uni et indivisible »

La promesse de se revoir très vite a été actée « mais pour l’instant chacun campe sur ses positions », a noté la délégation reçue à l’Elysée ce vendredi matin. David Greffin a tout de même laissé entendre que « le gouvernement n’est pas si uni et indivisible sur ce dossier » : « On nous a fait comprendre ce matin qu’il y a d’un côté le ministère de l’Environnement [contre le renouvellement du glyphosate] et l’Elysée, visiblement plus ouvert sur le sujet. »

Sujets liés