Harvey, Irma, Jose, Katia… Comment les ouragans sont-ils baptisés?

METEO Baptiser les cyclones tropicaux est une pratique ancienne et très codifiée…

20 Minutes avec AFP

— 

Des membres du  National Emergencies Committee étudient l'avancée du cyclone Irma en République dominicaine, le 6 septembre 2017.
Des membres du National Emergencies Committee étudient l'avancée du cyclone Irma en République dominicaine, le 6 septembre 2017. — : Roberto Guzmán/EFE/SIPA

Après Harvey au Texas, et le puissant Irma sur les Caraïbes, Jose et Katia arrivent déjà. A chaque fois, ces tempêtes tropicales et ouragans sont désignés par un prénom, choisi à l’avance et facile à mémoriser, afin de faciliter la gestion de l’événement.

>> A lire aussi : Ouragan Irma: Suivez les événements en direct

Faciliter la communication

C’est une pratique déjà ancienne de baptiser les cyclones tropicaux. L’utilisation d’un nom court et distinct à la fois pour les communications parlées et écrites permet d’aller vite. Le risque d’erreur est moindre qu’avec les méthodes plus lourdes d’identification par la latitude et la longitude.

« Un nom est beaucoup plus facile à retenir que des chiffres et des termes techniques », souligne l’Organisation météorologique mondiale (OMM), institution spécialisée de l’ONU basée à Genève.

« Accoler un nom à un cyclone tropical facilite le travail des médias, renforce l’impact des avertissements et accroît la préparation des populations », ajoute l’OMM.

Eviter les polémique

La surveillance des tempêtes et cyclones dans le monde est confiée à différents organismes en fonction de l’endroit où ces événements prennent naissance. Ils sont entre autres chargés de proposer des listes de noms pour les phénomènes climatiques sévères à venir dans leur zone.

L’OMM, qui dispose de correspondants dans chaque région, donne son avis et intervient au besoin pour éviter d’éventuelles polémiques.

Ainsi, en avril 2015, un comité d’experts de l’OMM a retiré le prénom « Isis » de la liste des cyclones à venir en 2016 dans la région Nord-Pacifique car le nom de la déesse égyptienne est devenu également un des acronymes anglais du groupe Etat Islamique (EI). Le cyclone a pris le nom plus anodin d’Yvette…

>> A lire aussi : VIDEO. Ouragan Irma: C'est quoi l'alerte violette déclenchée à Saint-Martin et à Saint-Barthélémy?

Six listes de prénoms et alphabet grec

L’ouragan Irma, de catégorie 5, qui a frappé mercredi les îles de Saint-Barthélémy et Saint-Martin, sévit dans une zone surveillée par le Centre national des ouragans (National Hurricane Center, NHC), basé à Miami (Floride).

Tout comme la tempête tropicale Jose qui se dirige vers les Caraïbes. Et la tempête tropicale Katia qui vient de se former au large du Mexique.

Pour les Caraïbes, le Golfe du Mexique et l’Atlantique nord, le NHC dispose de six listes de 21 noms chacune, à raison d’une liste par an.

Ces listes suivent l’ordre alphabétique, en sautant les lettres trop rares (Q ou U par exemple).

2017 a commencé avec Arlene suivie de Bret, puis de Cindy et de Don. Irma figure en neuvième position. Alberto inaugurera 2018. Et ainsi de suite jusqu’à 2022 qui attaquera par Alex.

Les prénoms sont anglais, espagnols ou français en référence aux pays potentiellement concernés.

Dans le cas d’une année record où le nombre de tempêtes tropicales et ouragans dépasse le nombre de 21 comme en 2005, les tempêtes suivantes font appel à l’alphabet grec, en commençant par Alpha.

>> A lire aussi : VIDEO. Ouragan Irma: «Un phénomène d'une extrême violence»

La parité établie en 1979

Le besoin de donner un nom aux cyclones est apparu dès la fin du XVIIIe siècle. Jusqu’au début du XXe siècle, les ouragans qui frappaient les îles espagnoles des Caraïbes étaient nommés selon le saint patron du jour.

En Australie, vers la fin du XIXe siècle, un météorologue a l’idée de baptiser les cyclones de noms de politiciens qu’il n’aimait pas.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les marins américains ont commencé à baptiser régulièrement les ouragans. Ils leur donnaient souvent le nom de leur femme ou de leur petite amie.

En 1950, le Bureau météorologique américain décide de donner systématiquement un nom aux ouragans et reprend l’alphabet des transmissions (Charlie etc.).

Puis à partir de 1953, il se met à utiliser des prénoms de femmes. Mais dans les années 1970, les féministes américaines protestent contre cette association avec des phénomènes dévastateurs.

En 1979, la parité est établie : les prénoms féminins et masculins alternent désormais.

Six listes ont ainsi été établies dans la zone de l’Atlantique nord et et elles sont reprises tous les six ans. Mais lorsqu’un ouragan a fait beaucoup de victimes et de dégâts, son nom est retiré de la liste. Ainsi, il n’y aura plus de Katrina.