Les trois quarts des nappes phréatiques ont un niveau «bas à très bas»

SECHERESSE Les nappes pâtissent d’un hiver globalement sec…

20 Minutes avec AFP

— 

Les agriculteurs attendent la pluie avec impatience.
Les agriculteurs attendent la pluie avec impatience. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le niveau des nappes est hétérogène d’une région à l’autre. Les trois quarts des nappes phréatiques de France présentent en effet un niveau « modérément bas à très bas », du fait d’une recharge hivernale déficiente, a indiqué lundi le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son bilan au 1er juillet. Quelque 74 % des nappes sont concernées (70 % selon le précédent bilan, datant du mois dernier).

La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er juillet 2017.
La carte de France de l'état des nappes d'eau au 1er juillet 2017. - BRGM

Seuls 26 % des points suivis se situent autour de la moyenne voire plus hauts. Ces quelques rares secteurs se situent au sud du Bassin parisien (les nappes des calcaires de Beauce) et dans les régions de Nîmes et Montpellier. En revanche la vallée du Rhône au sud de Lyon enregistre des niveaux « bas voire très bas ».

Des nappes phréatiques asséchées

Autres secteurs à niveaux bas, la nappe de la craie champenoise, les nappes du bassin Adour-Garonne et celle des calcaires jurassiques de Lorraine. Au total, près de 9 points sur 10 (87 %) sont orientés à la baisse, note le BRGM pour qui cette situation de basses eaux « n’est pas totalement inhabituelle pour la période estivale mais tout de même précoce ».

En juin, les précipitations ont été très disparates d’une région à l’autre, même si en moyenne la pluviométrie a approché la normale. Des cumuls supérieurs à la normale (de 1,5 à 2,5 fois) ont arrosé le sud de la région parisienne, la Nouvelle-Aquitaine, les Pyrénées-Orientales, le Cantal et la Haute-Loire. À l’inverse, l’est de la Normandie, le nord-est de la Bourgogne-Franche-Comté, l’Occitanie ou le sud de la Bretagne ont connu des déficits de 25 à 60 %, voire 40 à 80 % sur le Nord et le Pas-de-Calais.

Au printemps, les pluies ont été bénéfiques à la végétation mais insuffisantes pour alimenter les eaux souterraines.