EPR de Flamanville: Des experts se réunissent à propos des anomalies de la cuve

INDUSTRIE Ces experts doivent donner un avis sur l'état de la cuve de l'EPR de Flamanville à l'issue d'une réunion de deux jours à Paris...

20 Minutes avec AFP

— 

Le réacteur de troisième génération, dit EPR, à Flamanville (Manche) le 16 novembre 2016.
Le réacteur de troisième génération, dit EPR, à Flamanville (Manche) le 16 novembre 2016. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le feuilleton de l’EPR de Flamanville continue. Un groupe d’experts se réunit lundi et mardi au siège de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) près de Paris à propos de la centrale nucléaire. A l’issue cette réunion, ce groupe doit donner un avis sur l’état de la cuve sur laquelle des anomalies ont été détectées.

>> A lire aussi: EDF et Areva avertis dès 2005 sur les dysfonctionnements du constructeur de la cuve de l’EPR de Flamanville

Une poignée de militants antinucléaires, opposés à l’homologation de cette cuve, se sont rassemblés vers 08H45 devant l’ASN à Montrouge dans les Hauts-de-Seine, a constaté une journaliste de l’AFP.

Résistance de la cuve

Areva a détecté fin 2014 une concentration excessive en carbone dans l’acier du fond et du couvercle de la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche). Celle-ci pourrait potentiellement la rendre moins résistante, alors qu’elle est une pièce essentielle, et représente une deuxième barrière contre la radioactivité dans un réacteur.

Depuis, des tests sont en cours pour vérifier que, malgré cette anomalie, la cuve présentera bien les garanties de sûreté lors du fonctionnement du réacteur.

Rapport d’analyse de tests

Le groupe permanent d’experts pour les équipements sous pression nucléaire (GP-ESPN) doit rendre son avis d’ici mardi sur la base notamment d’un rapport technique de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) analysant ces tests.

>> A lire aussi: Réacteur EPR de Flamanville: EDF reconnaît un contrôle technique irrégulier

S’ils estimaient que la cuve peut fonctionner, ils pourraient toutefois recommander des mesures compensatoires. Cela pourraît être le remplacement du seul couvercle, un fonctionnement sous une surveillance accrue ou à une puissance réduite par rapport aux capacités du réacteur.