Hydrocarbures, perturbateurs endocriniens, diesel.. Nicolas Hulot dévoile son plan de bataille

ENERGIE FOSSILE Invité ce vendredi de la matinale RMC/BFMTV, le ministre a notamment annoncé qu’une loi sera présentée d’ici cet automne, visera à empêcher tout nouveau permis d’exploration d’hydrocarbures en métropole et en territoires d’outre-mer…

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, assiste à son premier Conseil des ministres le 18 mai 2017.
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, assiste à son premier Conseil des ministres le 18 mai 2017. — AFP

Nicolas Hulot était ce vendredi l’invité de la matinale deBFMTV/RMC. L’occasion pour le ministre de la transition écologique de réaffirmer ses propositions sur plusieurs dossiers et évoquer les grands rendez-vous qui l’attendent dans les prochains mois.

La fin des permis d’hydrocarbure

Premier dossier : les permis d’exploration d’hydrocarbures en France. Le ministre a dit souhaiter « interdire toute nouvelle exploration d’hydrocarbures sur les territoires métropolitains et les territoires d’outre-mer ». Le blocage de l’exploration d’hydrocarbures sera un élément phare d’un vaste plan que Nicolas Hulot présentera en juillet et qu’il compte voir adopté d’ici l’automne.

Ces déclarations s’inscrivent dans la lignée de propos tenus en février par Emmanuel Macron, alors simple candidat à l’élection présidentielle, qui s’était dit opposé à la recherche de gaz de schiste en France métropolitaine.

En ce qui concerne l’outre-mer, Emmanuel Macron avait même envisagé de mettre fin aux permis d’exploitation d’hydrocarbures, qui concernent notamment les forages pétroliers au sein de la Guyane.

Sur ce plan, Nicolas Hulot a jugé difficile vendredi d’agir au niveau de l’exploitation plutôt que l’exploration, estimant qu’une telle stratégie ouvrirait la voie à de nombreux litiges entre l’Etat et les compagnies concernées.

Rester ferme sur les perturbateurs endocriniens

Deuxième dossier : les perturbateurs endocriniens. « La France restera ferme » sur le texte visant à définir les perturbateurs endocriniens (PE) actuellement discuté à Bruxelles, assure Nicolas Hulot. « Quand je suis arrivé, la première chose que j’ai demandée, c’est le report de ce texte, poursuit le ministre précisant qu’une discussion est engagée depuis jeudi avec son homologue allemande, Barbara Hendricks. « Nos services sont en négociation. »

>> Lire aussi: Perturbateurs endocriniens: Cinq questions pour comprendre

« La France va rester ferme. Mon rôle, c’est d’aider à protéger les Français de ces empoisonnements. » Si le texte présente « un certain nombre d’acquis », « il y a des exonérations dans le texte qui en l’état sont inacceptables », a estimé Nicolas Hulot.

Aligner le diesel sur l’essence

Toujours au micro de BFMTV/RMC, a aussi exprimé son souhait d’agir « assez rapidement » pour aligner la fiscalité du diesel, actuellement plus avantageuse, sur celle de l’essence.

« La fiscalité sur le diesel à la pompe sera la même dans un horizon assez proche », a-t-il annoncé, regrettant qu’une partie des Français aient été « incités pendant des années (…) à acheter des véhicules polluants ».

Ouvrir le débat sur la corrida

Enfin, il a été question de corrida ce vendredi matin. Pour Nicolas Hulot, il s’agit d’un « sujet de société », d’un « débat culturel » sur lequel « chacun connaît ma position ». Le ministre de la transition écologique souhaite remettre sur la table l’idée d’une interdiction de la corrida en France. « Il ne faut pas esquiver le débat », a affirmé Nicolas Hulot.