VIDEO. «Ocean Cleanup»: Le projet de dépollution des océans sera lancé dans les douze prochains mois

POLLUTION Au lieu de 2020, comme prévu à l'origine...

20 Minutes avec agences

— 

Boyan Slat, créateur du projet de nettoyage des océans
Boyan Slat, créateur du projet de nettoyage des océans — Peter Dejong/AP/SIPA

Il devait être déployé à l’horizon 2020. Le projet de nettoyage des océans « Ocean Cleanup » devrait finalement être lancé dans les douze prochains mois, à la faveur d’une amélioration technologique, a annoncé son créateur, Boyan Slat.

Pour rappel, le Néerlandais de 22 ans entend se servir des courants marins pour collecter les cinq billions de déchets en plastique provenant de bouteilles ou de sacs et flottant dans les océans. Un véritable fléau pour des espèces marines comme les dauphins et les phoques, qui s’y empêtrent, s’étanglent et se noient, tandis que les tortues ingèrent les sacs qu’elles prennent pour des méduses.

Une trentaine de barrières d’un à deux kilomètres de long

A l’origine, Boyan Slat comptait déployer une barrière de 100 km en forme de « V », l’arrimer au fond marin et l’équiper d’un filet s’enfonçant dans l’eau pour collecter les déchets.

Il a finalement revu ses plans. En effet, les ingénieurs avec lesquels ils travaillent misent désormais, en lieu et place d’une unique barrière, sur « une flotte de plusieurs petits systèmes », soit une trentaine de barrières mesurant chacune entre un et deux kilomètres de long.

Nettoyer 50 % de la grande plaque de déchets du Pacifique d’ici cinq ans

Elles ne seront pas attachées au fond marin mais à une ancre flottante de 12 mètres de long qui évoluera dans l’eau avec les déchets en plastique, au gré des courants. Un nouveau système plus rentable et plus efficace, a expliqué le jeune créateur lors d’une présentation à Utrecht, aux Pays-Bas.

Il espère ainsi nettoyer 50 % de la grande plaque de déchets du Pacifique d’ici cinq ans, contre 42 % en dix ans comme prévu à l’origine.

>> A lire aussi : «Ocean Cleanup», la barrière qui doit dépolluer les océans, testée en Mer du Nord