Un putois (illustration).
Un putois (illustration). — Glyn Edmunds/REX/REX/SIPA

ANIMAUX

Putois: L'animal est menacé de disparition en raison de sa mauvaise réputation

Une association demande au ministère de l’Ecologie de placer de toute urgence le petit carnivore sur la liste des « mammifères protégés »…

Chasse, extermination intensive, agriculture extensive, mauvaise réputation… La population des putois serait aujourd’hui au plus bas en France. Il serait donc capital de protéger l’animal à qui l’on reproche son odeur nauséabonde et son habitude d’attaquer perdrix et faisans. Pour éviter la disparition totale du cousin de la mouffette, l’espèce devrait même être placée sur la liste des « mammifères protégés » par le ministère de l’Ecologie.

>> A lire aussi : Lyon: Les loutres, putois, fouines et crapauds bientôt préservés aux abords de l'A89

Un classement que demande « urgemment » la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM), qui s’alarme dans un rapport récemment rendu public du sort des putois. L’association fondée en 1977 déplore également la possibilité laissée aux autorités locales de déclarer l’animal comme « nuisible », comme dans l’ancienne région du Nord-Pas-de-Calais et le département de la Loire-Atlantique.

Le putois « devrait pourtant être considéré comme un allié des agriculteurs »

« Les menaces qui pèsent sur lui sont multiples », explique la naturaliste Pierre Rigaux, administrateur de la SFEPM au Parisien. Car outre les pièges et les chasseurs, le putois doit également composer avec l’atteinte à son habitat naturel que représente l’agriculture extensive.

Les zones humides entourant les champs, dans lesquelles le mammifère aime trouver refuge, sont en effet elles aussi en voie de disparition pour laisser place à de plus grandes surfaces cultivables. Un phénomène que certains spécialistes trouvent particulièrement illogique. Le putois « devrait pourtant être considéré comme un allié des agriculteurs car il se nourrit en partie de campagnols et de rats », estime ainsi Pierre Rigaux.