Pékin promet de rendre un «ciel bleu» aux Chinois

POLLUTION Le Premier ministre chinois a promis de mener une « guerre sans merci pour préserver le ciel bleu », alors que son pays est de plus en plus régulièrement asphyxié par un nuage de pollution toxique…

20 Minutes avec AFP

— 

Des citadins sortent d'une station de métro de Pékin pour se plonger dans le brouillard de la capitale, un masque sur le visage, le 21 février 2017.
Des citadins sortent d'une station de métro de Pékin pour se plonger dans le brouillard de la capitale, un masque sur le visage, le 21 février 2017. — Andy Wong/AP/SIPA

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a promis dimanche de rendre un ciel bleu aux Chinois, alors que le pays, premier pollueur mondial, est de plus en plus régulièrement asphyxié par un nuage de pollution toxique.

Dans son discours solennel à l'ouverture de la session annuelle du Parlement (ANP), Li Keqiang s'est fait fort de «mener une guerre sans merci pour préserver le ciel bleu», deux mois après un pic de pollution durant lequel le nord de la Chine a été placé pendant six jours en alerte rouge.

>> Lire aussi: Un nuage de pollution envahit Pékin et 22autres villes du nord du pays

Les pollueurs et fraudeurs « seront sévèrement punis »

Le numéro deux du régime communiste a assuré que son gouvernement renforcerait cette année les normes écologiques et les ferait appliquer de façon plus stricte. «Nous fermerons sans hésitation selon la loi les entreprises non conformes» aux normes d'émission, a affirmé le Premier ministre.

«Ceux qui polluent en cachette ou qui fraudent seront sévèrement punis», a-t-il lancé, adressant un avertissement aux cadres du régime: «ceux qui ne font pas respecter la loi ou qui tolèrent les infractions des pollueurs doivent aussi être poursuivis avec sévérité».

Promettant de combattre la pollution «jusqu'à la victoire finale», le chef du gouvernement a assuré que «le bleu azur se verra davantage chaque année».

En finir avec le charbon ?

Il a mentionné notamment la pollution provoquée par l'utilisation du charbon, qui assure toujours 62% du bilan énergétique chinois, même si la part de cette énergie particulièrement polluante a baissé de deux points l'an dernier.

>> Lire aussi: La pollution de l'air sera bientôt plus meurtrière en Inde qu'en Chine

Plus de 3 millions de ménages passeront du charbon à l'électricité ou au gaz cette année, a indiqué Li Keqiang devant les 3.000 députés de l'Assemblée nationale populaire, réunis au Palais du peuple à Pékin sous un ciel inhabituellement bleu.

La presse officielle avait fait savoir ces derniers jours que des industries devraient fermer ou réduire leur production pour éviter un nouvel épisode de «smog» dans la capitale à l'occasion de cette grand-messe cruciale pour l'image du régime.