Le philosophe américain Tom Regan, théoricien du droit des animaux, est mort

DISPARITION Tom Regan est l’auteur d'un ouvrage fondateur du mouvement de défense des droits des animaux…

Claire Planchard

— 

Des militants réclamant l'égalité de droits pour les animaux posent avec des cadavres d'animaux à Madrid, Espagne, le 11 décembre 2010.
Des militants réclamant l'égalité de droits pour les animaux posent avec des cadavres d'animaux à Madrid, Espagne, le 11 décembre 2010. — J. SORIANO / AFP

Le philosophe américain Tom Regan est décédé à l’âge de 78 ans aux Etats-Unis. Son site officiel The Animals' Voice se contentait ce dimanche de donner sobrement ses dates de naissance et de décès : « 28 novembre 1938 - 17 février 2017 ».

Les médias américains, citant une porte-parole de la famille, ont précisé qu’il était décédé vendredi en Caroline du Nord, après une pneumonie.

Professeur émérite de philosophie à l’université de Caroline du Nord, Tom Regan a écrit Les droits des animaux, ouvrage publié en 1983 aux Etats-Unis (The case for animal rights) et traduit en plusieurs langues, dont le français en 2013, qui a profondément marqué ce courant de pensée.

>> A lire aussi : Les défenseurs des animaux lancent leur parti politique

Hommages

Autre théoricien du droit des animaux et titulaire de la chaire d’éthique à l’université de Princeton, l’Australien Peter Singer a salué vendredi sa mémoire sur Twitter : « Je viens d’apprendre la triste nouvelle que Tom Regan, un pionnier philosophique pour les animaux que je connais depuis 1973 est décédé ce matin. »

En France, la Fondation Brigitte Bardot a rendu hommage au « principal théoricien des droits des animaux ». « Son analyse est la plus impressionnante et approfondie jamais produite », peut-on lire sur le compte Twitter de l’organisation.

Le site officiel de Tom Regan met en avant son plus célèbre discours, prononcé en 1988, contre la vivisection, et dans lequel il interpellait les chercheurs travaillant avec les animaux : « Déposez ces armes du mal et rejoignez-nous, vous les scientifiques assez courageux et assez bons pour défendre ce qui est juste et vrai ».