Nouvelle-Zélande: Les cadavres de près de 300 baleines échouées sur une plage risquent d'exploser

ANIMAUX Des hommes en combinaison percent les carcasses pour prévenir les risques d'explosion dus aux gaz de décomposition...

20 Minutes avec agences

— 

Environ 200 baleines-pilotes se sont échouées samedi 11 février 2017 sur des hauts-fonds à Farewell Spit (Nouvelle-Zélande).
Environ 200 baleines-pilotes se sont échouées samedi 11 février 2017 sur des hauts-fonds à Farewell Spit (Nouvelle-Zélande). — Mark Thomas/Shutterstoc/SIPA

Les autorités s’employaient ce mardi matin à débarrasser la plage néo-zélandaise de Farewell Spit, située à l’extrême nord de l’île du Sud, des carcasses de plusieurs centaines de baleines-pilotes. Le site a été fermé au public en raison du risque d’explosion des cadavres en décomposition qui gisent sur le sable à la suite de plusieurséchouages massifs survenus entre vendredi et samedi.

L’opération va prendre plusieurs jours

L’opération représente un défi logistique, les baleines-pilotes pouvant peser jusqu’à 2 tonnes et mesurer jusqu’à 6 mètres de long. « Elles sont en train d’être déplacées mais la plage est loin d’avoir été nettoyée », a expliqué Herb Christophers, porte-parole du service de l’environnement.

« Le simple fait de les enlever de la plage va prendre plusieurs jours », a encore noté le spécialiste dont les employés en combinaison de protection s’attelaient ce mardi à percer les cadavres.

>> A lire aussi : VIDEO. Nouvelle-Zélande: 416 baleines s'échouent sur une plage

« J’ai vu des baleines exploser, ce n’est pas joli à voir »

La manœuvre vise à prévenir les risques d’explosion dus aux gaz de décomposition. « J’ai vu des baleines exploser, ce n’est pas joli à voir », a ajouté Herb Christophers.

Les carcasses de plus de 300 baleines doivent être transportées par camion jusqu’à une partie inaccessible au public d’un parc national, où la nature reprendra ses droits, a expliqué le service néo-zélandais de protection de l’environnement.

Echouage massif pour raisons inconnues

Pour rappel, plus de 660 cétacés se seraient échoués sur la plage de Farewell Spit. Environ 75 % des baleines du premier groupe de 415 individus sont mortes. Les secours ont remis à l’eau environ 250 cétacés du second « troupeau ».

La plage de Farewell Spit, longue langue de sable de plus de 26 kilomètres située à 150 kilomètres au nord-ouest de la ville touristique de Nelson, est régulièrement le théâtre d’échouages massifs de baleines-pilotes. Neuf au moins se sont produits au cours des dix dernières années.

>> A lire aussi : Pacifique: La Nouvelle-Zélande crée un sanctuaire marin grand comme la France