Abeilles: Un nouveau virus s'attaque aux insectes pollinisateurs

MALADIE Le « virus de l’aile déformée » menace les insectes dans leurs activités de fertilisation…

20 Minutes avec agence

— 

Les insecticides épandus représentent un danger pour les abeilles.
Les insecticides épandus représentent un danger pour les abeilles. — YURI KADOBNOV / AFP

De minuscules mites servent de vecteur de propagation au « virus de l’aile déformée » qui toucherait les abeilles sauvages mellifères et limiterait leur espérance de vie. La maladie perturberait le butinage mais aussi les autres activités de ces insectes, dont la survie en Amérique du Nord et en Europe est déjà menacée par d’autres éléments extérieurs.

Parmi ces facteurs qui compromettent la survie des insectes pollinisateurs, les spécialistes pointent du doigt des champignons, d’autres virus, les insecticides, des parasites ou la malnutrition résultant d’une variété de cultures insuffisante.

Jusqu’à trois quarts des ruches infectées par endroits

« Le virus de l’aile déformée a fortement réduit les chances des ouvrières de vivre au-delà de l’âge du butinage », expliquent les auteurs belges d’une étude parue ce mercredi dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B.

Présent sur la quasi-totalité de la planète, l’agent pathogène agirait notamment en diminuant la capacité des abeilles à se rappeler des zones qu’elles ont explorées précédemment. Dans certaines régions du monde, jusqu’à trois quarts des ruches seraient infectées.

>> A lire aussi : Pourquoi la récolte de miel est catastrophique en France cette année?

Forcées à butiner trop tôt

Par radio-identification grâce à de minuscules émetteurs placés sur les insectes, les scientifiques ont suivi les abeilles hors de la ruche pour déterminer les effets du virus.

Bilan : les chercheurs ont montré que si l’agent infectieux n’a pas raccourci ou limité les sorties des ouvrières pour collecter du pollen, il a forcé les insectes à commencer à butiner alors qu’elles étaient encore trop jeunes. Les abeilles contaminées se sont par ailleurs révélées moins capables d’accomplir leur travail et sont mortes avant les individus sains.

>> A lire aussi : A Toulouse, pour défendre les abeilles, les apiculteurs fondent une académie

90 % des 107 principales cultures du monde sont fertilisées grâce à l’activité de 20.000 espèces d’abeilles, dont la survie représente un enjeu majeur, bien au-delà du monde des insectes. 1,4 milliard d’emplois et environ 75 % des cultures mondiales dépendraient des espèces pollinisatrices, et particulièrement des abeilles.