Energy Observer: Le premier bateau propulsé à l’hydrogène se prépare avant son tour du monde

ECOLOGIE Il doit être mis à l'eau au printemps à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) pour un tour du monde de six ans...

20 Minutes avec agences

— 

Image par ordinateur du bateau à hydrogène Energy Observer.
Image par ordinateur du bateau à hydrogène Energy Observer. — AP/SIPA

Il doit être mis à l’eau au printemps à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) pour un tour du monde de six ans. Cinquante personnes travaillent « jour et nuit » sur l’Energy Observer, premier bateau écologique propulsé aux énergies renouvelables et à l’hydrogène, ont indiqué ce mercredi les organisateurs de cette expédition.

Principe de ce navire ? Il couplera différentes sources d’énergies renouvelables pour produire son propre hydrogène à partir de l’eau de mer et le stocker à bord. Dans ce but, il sera équipé de deux éoliennes, d’une aile de traction intelligente, de plusieurs types de panneaux photovoltaïques et de deux moteurs électriques réversibles en hydrogénérateurs.

« L’idée, c’est de faire un bateau autonome »

« L’idée, c’est de faire un bateau autonome » qui avancera « sans émission de carbone, sans particules fines, sans polluants. C’est un symbole et une vision de ce que pourrait être le monde énergétique de demain », a détaillé son futur capitaine, Victorien Erussard, coureur au large et officier de marine marchande.

Ce projet, « tourné vers l’action et les solutions », est « à la hauteur du défi que nous avons de procéder à une véritable révolution énergétique », a estimé l’écologiste Nicolas Hulot, qui en est le parrain.

101 escales dans 50 pays

A une vitesse de huit à dix nœuds (ce qui équivaut à 14,8 à 18,5 km/h), l’Energy Observer devrait faire un tour du monde comprenant 101 escales dans 50 pays. Avec pour objectif « d’éduquer, de sensibiliser, d’aller à la rencontre des gens qui œuvrent à la préservation de l’environnement ».

Ainsi, l’expédition participera à de grands événements internationaux sur le thème du développement durable, visitera des sites exemplaires ou au contraire problématiques (écosystèmes ou sites de l’Unesco menacés).

>> A lire aussi : VIDEO. Le bateau robotique «Solar Voyager» tente la traversée de l'Atlantique

Pour ce qui est du calendrier, le catamaran doit effectuer un tour de France cette année, après son baptême à Paris. Puis il se rendra en Méditerranée en 2018, avant de gagner l’Europe un an plus tard, puis l’Amérique, l’Océanie, l’Asie et l’Afrique.