Enquête sur la mort de 10.000 grenouilles géantes du lac Titicaca

PEROU Certains acteurs locaux pointent du doigt la pollution d'un fleuve...

M.C.

— 

Des grenouilles mortes flottent à la surface du lac Titicaca, en Bolivie, le 25 avril 2015.
Des grenouilles mortes flottent à la surface du lac Titicaca, en Bolivie, le 25 avril 2015. — Juan Karita/AP/SIPA

Mais qui a tué les grenouilles géantes du lac Titicaca ? Après la mort de 10.000 spécimens de cette espère en danger d’extinction à la peau vert tachetée, les autorités péruviennes ont lancé une enquête, alors  qu’une association locale pointe du doigt la pollution d’un fleuve qui aliment le lac.

C’est cette association, le Comité de lutte contre la pollution du fleuve Coata, qui avait lancé l’alerte, apportant une centaine de dépouilles de grenouilles à la place principale de Puno, capitale de la région, et accusant les autorités de ne rien faire face à la pollution du fleuve.

« Grenouille scrotum »

« J’ai été obligée d’apporter les grenouilles mortes parce que les autorités ne se rendent pas compte, elles n’ont pas idée de l’ampleur de la pollution. La situation est désespérante », a expliqué Maruja Inquilla, représentante de ce Comité. « Où sont les écologistes ? Pourquoi l’Etat n’agit pas ? Nous avons besoin au plus vite d’une usine de traitement des eaux usées », s’est-elle indignée.

Pour l’instant, le Service national des forêts et la faune sylvestre (Serfor) a seulement constaté les faits, confirmant que « sur la base des déclarations des habitants et des échantillons trouvés dans les jours suivant l’incident, on estime que plus de 10.000 grenouilles ont été affectées, dans un rayon de 50 kilomètres ».

Lors d’une première visite de terrain, des experts ont trouvé, sur un tronçon de 200 mètres, 500 cadavres de Telmatobius culeus, le nom scientifique de cet amphibien parfois appelé grenouille scrotum en raison des nombreux plis de sa peau, qui l’aident à absorber davantage d’oxygène. Des analyses doivent avoir lieu pour déterminer les causes de leur mort.