Masai, réticulée, du Sud ou du Nord... Il y a finalement quatre espèces de girafes sur Terre

BIODIVERSITE Alors que le nombre de ces herbivores tachetés au long cou a chuté de plus de 35% au cours des trente dernières années...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de girafe
Illustration de girafe — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

La girafe du Sud, Masai, réticulée ou du Nord. La Terre compte finalement quatre espèces génétiquement distinctes de girafes et non une seule. Jusqu’à présent les scientifiques estimaient, en effet, qu’il existait une seule espèce de girafe (Giraffa camelopardalis) et neuf sous-espèces. Leur habitat naturel se limitant au continent africain. C’était sans compter sur une étude (lire en encadré) dont les conclusions ont été publiées ce jeudi dans la revue scientifique Current Biology.

Les liens génétiques de tous les sous-groupes de girafes à la loupe

« Nous avons étudié les liens génétiques de tous les sous-groupes de girafes sur l’ensemble du continent africain et nous avons découvert qu’il existait non pas un mais au moins quatre groupes très distincts génétiquement qui, apparemment, ne se reproduisent pas entre eux », y explique le professeur Axel Janke, chercheur à l’université Goethe de Francfort (Allemagne).

>> A lire aussi : Voilà l'ancêtre de la girafe, aux pattes courtes et trapues

Bilan : les experts ont examiné de multiples gènes de l’ADN nucléaire considérés comme étant représentatifs de l’ensemble du génome de ces animaux et assurent aujourd’hui que les girafes « devraient être classées selon quatre espèces distinctes même si leur apparence est similaire ».

Faciliter les efforts de préservation de ces animaux en danger d’extinction

Lesquelles ? La girafe du Sud (Giraffa giraffa) qui compte deux sous-espèces, celle d’Angola (G. g. angolensis) et celle d’Afrique du Sud (G. g. giraffa), la girafe Masai (G. tippelskirchi), la girafe réticulée (G. reticulata) et, enfin, la girafe du Nord (G. camelopardalis). Cette dernière a trois sous-espèces : la girafe nubienne (camelopardalis), d’Afrique de l’Ouest (peralta) et de Kordofan (antiquorum).

Ce nouveau classement devrait, selon les équipes du professeur Axel Janke faciliter les efforts de préservation de ces animaux en danger d’extinction. Une bonne nouvelle sachant que, selon les dernières estimations, le nombre de ces herbivores tachetés au long cou a chuté de plus de 35 % au cours des trente dernières années. Il existerait plus de 100.000 girafes aujourd’hui.

 

>> A lire aussi : Tanzanie: Une girafe blanche rarissime naît dans un parc national

 

L'étude a été réalisée à partir de biopsies d'échantillons de peau provenant de toutes les sous-espèces de girafes reconnues précédemment, fournis par la Girafe Conservation Foundation (GCF) au cours de la dernière décennie.