Près de 145.000 signatures pour tenter de sauver le Grand Trou Bleu

ENVIRONNEMENT Les espèces animales et végétales, mais aussi la population sont menacées... 

C. A.

— 

Le Grand Trou Bleu, au Belize
Le Grand Trou Bleu, au Belize — ARDEA / CATERS NEWS/SIPA

Pas moins de 144.000 personnes, répondant à l’appel de l’organisation WWF, ont écrit à Dean Barrow, Premier ministre du  Belize.

La raison de ce courriel est simple : la protection du récif du pays d’Amérique centrale, dont fait partie le célèbre Grand Trou Bleu (Great Blue Hole).

Patrimoine mondial de l’Unesco

« Le WWF appelle le gouvernement du Belize à interdire tout forage pétrolier dans l’ensemble des eaux du Belize compte tenu de l’ampleur des risques liés à cette activité et de l’engagement du pays à développer les énergies renouvelables », a-t-il dit sur son site internet.

La barrière de corail du Belize, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, est menacée de destruction par l’activité industrielle comme les forages, les constructions côtières, la pollution de l’eau d’origine agricole ou la destruction de la mangrove.

Faune, flore et population menacées

« Récemment, les écosystèmes du récif ont été endommagés par des constructions côtières et des concessions pétrolières continuent de les menacer », écrit WWF.

Le célèbre Grand Trou Bleu et le récif qui l’entoure abritent pas moins de 1.400 espèces animales et végétales. Le WWF précise aussi que les populations locales, qui dépendent de la pêche et du tourisme, sont également menacées par ces actions industrielles.

>> A lire aussi : Les plus beaux sites naturels menacés par les activités humaines

Le WWF entend profiter de la réunion du Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco à Istanbul (du 11 au 20 juillet) pour demander des engagements concrets pour sa protection.