Sacs plastique, véhicules polluants, vignettes auto... Les nouvelles mesures antipollution

ENVIRONNEMENT Trois mesures seront applicables à compter de ce vendredi…

C.P.

— 

Illustration d'une alerte à la pollution sur le périphérique parisien.
Illustration d'une alerte à la pollution sur le périphérique parisien. — WITT/SIPA

Un peu de répit pour les océans et nos poumons ? A compter de ce vendredi, trois dispositions entrent en vigueur pour lutter contre la pollution de l’air et des sacs plastique. Et avec elles, de nouvelles obligations pour les consommateurs et automobilistes que nous sommes.

Sacs plastique

C’est un véritable serpent de mer. Reportée à plusieurs reprises, l’interdiction totale des sacs fins en plastique à usage unique délivrés en caisse entre (enfin) en vigueur le 1er juillet. La mesure s’applique à tous les commerces : supermarchés, mais aussi pharmacies, boulangeries, stations-service, marchés couverts ou de plein air…

Et dans six mois, en janvier prochain, une nouvelle étape sera franchie : les sacs et emballages ultrafins en plastique délivrés en rayons pour emballer les fruits et légumes seront également supprimés. Seuls les sacs « biosourcés » (avec une teneur en matière végétale comme l’amidon de pomme de terre ou le maïs) et compostables en compostage domestique, pourront alors être utilisés pour ces usages.

Une partie se retrouve aussi dans les océans, où ils sont une catastrophe pour une partie de la faune marine, qui les ingère. Ils viennent aussi alimenter les gigantesques « mers » de plastique formées par de grands courants marins.

>> A lire aussi : En 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans l'océan s'alarme le forum de Davos

Premier objectif : lutter contre le gaspillage et protéger les océans. Selon le gouvernement, il y a chaque année, 5 milliards de sacs fins en plastique distribués aux caisses et 12 milliards aux rayons fruits et légumes. Fragiles, ils sont presque aussitôt jetés une fois les courses déballées.

>> A lire aussi : Les commerçants attendent des efforts des clients après l'interdiction des sacs plastique

Véhicules polluants

Autre interdiction, à Paris cette fois : la circulation des véhicules les plus polluants. Sont concernées les voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997, les camionnettes immatriculées avant le 1er octobre 1997 et les deux roues antérieurs à juin 1999. La règle sera valable en semaine, de 8h à 20h, dans Paris intra-muros (hors bois et périphérique). Selon la Ville, la mesure touchera quelque 10.000 véhicules, toutes catégories confondues, sur les quelque 600.000 qui circulent chaque jour dans Paris.

>> A lire aussi : Les voitures datant d'avant 1997 interdites dès le 1er juillet

Au 1er juillet 2017, l’interdiction de circulation concernera les véhicules particuliers diesel et véhicules utilitaires légers (mis en service avant le 1er janvier 2001 – pas de nouvelle interdiction pour les véhicules essence à cette date) et les poids lourds (immatriculés avant le 1er octobre 2006).

Vignettes automobiles Crit’Air

Les automobilistes pourront obtenir à partir de ce vendredi un « certificat qualité de l’air », une pastille de couleur correspondant au niveau d’émission de leur véhicule, qu’ils devront apposer sur le pare-brise. Les véhicules les plus anciens - voitures immatriculées avant le 31 décembre 1996 - ne pourront pas obtenir de certificat.

>> A lire aussi : Paris, pionnière pour mettre en place les vignettes Crit’Air en France

Paris sera la première ville de France à se doter de ces vignettes : elles seront disponibles sur le site internet www.certificat-air.gouv.fr dès le 1er juillet 2016 au prix de 4,50 euros et seront obligatoires dans la capitale au 1er janvier 2017. Concrètement, il y aura six vignettes différentes : vert pour les véhicules « propres » (électriques, gaz, hybrides), violet, jaune, orange, bordeaux et gris pour les autres.

Pendant les pics de pollution, les véhicules possédant une pastille bénéficieront d’autorisation particulière de circulation, en fonction de la couleur obtenue : circuler dans les zones de circulation restreinte ; obtenir des conditions de circulation privilégiée (possibilité pour les véhicules électriques (pastille verte) de circuler sur les voies de bus.) ou bénéficier des modalités de stationnement favorables (gratuité du stationnement pour les véhicules électriques (pastille verte) et tarifs réduits pour les véhicules des catégories 1 et 2 (pastilles violette et jaune).