Airbus DS va diriger un programme de prévention des débris spatiaux

© 2016 AFP

— 

Le Vulcain, premier étage d'une fusée Ariane 5, sur le site d'Airbus Defence and Space aux Mureaux près de Paris, le 5 février 2016
Le Vulcain, premier étage d'une fusée Ariane 5, sur le site d'Airbus Defence and Space aux Mureaux près de Paris, le 5 février 2016 — KENZO TRIBOUILLARD AFP

Airbus Defence and Space sera le chef de file d'un consortium de 10 entreprises européennes qui vont développer le prototype d'un module de désorbitation des satellites en fin de vie pour garantir la pérennité de l'utilisation de l'espace.

Airbus DS va diriger l'équipe chargée du projet TeSeR (Technology for Self-Removal of Spacecraft), a annoncé la division aérospatiale et militaire du groupe Airbus, dans un communiqué publié mercredi.

Ce consortium, qui réunit 10 entreprises européennes, «va développer le prototype d'un module ultra-fiable et à bas coûts, pour garantir que les satellites en fin de vie ne constitueront pas une menace», a précisé Airbus DS dans un communiqué.

Ce module, fixé sur le satellite, pourra «également contribuer à désorbiter les satellites qui seraient devenus incontrôlables», selon la même source.

Il permettrait de mettre le satellite en «orbite parking» -un peu plus haut que l'orbite geostationnaire (36.000 km) où il serait mis en état passif et ne présenterait aucun risque de collision- ou de lui faire perdre de l'altitude en le freinant pour qu'à terme il entre dans l'atmosphère et se détruise.

L'orbite terrestre est de plus en plus encombrée.

Les satellites en fin de vie constituent une source potentielle de débris spatiaux et une menace pour les infrastructures spatiales qui fournissent en permanence des services indispensables à la vie sur Terre.

Airbus DS, en tant que chef de file, assurera la gestion du projet, la coordination technique, en plus du développement de ces systèmes innovants de contrôle d'attitude des satellites, précise-t-il.

«Airbus Defence and Space mènera à bien le projet sur ses fonds propres et a également signé une convention de subvention (du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne) qui permettra au programme TeSeR de bénéficier d'une aide de plus de 2,8 millions d'euros jusqu'en 2018», ajoute ADS.

Airbus DS, numéro deux mondial de l'industrie spatiale, emploie plus de 38.000 personnes et a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires de plus de 13 milliards d'euros.