Si les labradors sont obèses, ce n'est pas de leur faute, mais celle de la génétique

ANIIMAUX Le régime alimentaire des labradors a été passé au crible…

Clémence Apetogbor
— 
Sampson le labrador va devoir se mettre au régime. Il a atteint les 85 kilos, soit quasiment le double de son poids normal. Il a été placé le 21 juin dans un centre australien pour les animaux afin de suivre une cure d'amaigrissement.
Sampson le labrador va devoir se mettre au régime. Il a atteint les 85 kilos, soit quasiment le double de son poids normal. Il a été placé le 21 juin dans un centre australien pour les animaux afin de suivre une cure d'amaigrissement. — Newspix / Rex Features/REX/SIPA

Si les labradors ont tendance à être obèses, ce n’est pas entièrement lié à leur gloutonnerie. Une variation génétique expliquerait la tendance à l’obésité chez l’une d’une des races de chien préférées dans nombre de pays, selon une équipe internationale de chercheurs dont les travaux étaient publiés ce mardi.

Dans les pays développés, de 34 à 59 % des chiens sont en surpoids. Comme chez l’humain, le surpoids des animaux risque de réduire leur espérance de vie, d’affecter leur mobilité, de les rendre diabétiques ou de provoquer une maladie cardiaque, selon ces chercheurs. Ceux-ci soulignent que les labradors sont apparemment nettement plus prédisposés à l’embonpoint.

Une variante génétique présente chez 1 labrador sur 4

Pour cette étude publiée dans la revue Cell Metabolism, ils ont étudié 310 chiens qui ont été pesés et examinés indépendamment par des vétérinaires.

L’équipe a également évalué « le degré d’intérêt de ces chiens pour la nourriture » en recourant à un questionnaire dans lequel leurs propriétaires ont décrit leurs comportements.

Ces scientifiques ont ensuite déterminé qu’une variante du gène appelé POMC était particulièrement liée au surpoids et à l’obésité ainsi qu’à l’appétit chez les labradors et les retrievers à poil plat. Selon eux, environ un labrador sur quatre (23 %) serait porteur d’au moins une copie de cette variante génétique.

1,9 kilo de trop en moyenne

Chez ces deux races, chaque copie de cette mutation de ce gène se traduit par un excès de poids de 1,9 kilo en moyenne.

« Il s’agit d’une variante génétique particulièrement fréquente chez les labradors et elle a un effet notable sur ces chiens qui en sont porteurs », précise Eleanor Raffan, vétérinaire de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, principale auteur.

Selon elle, « il est probable que cela aide à expliquer pourquoi les labradors sont plus enclins à être en surpoids par rapport à d’autres races canines ».

Les labradors sont des chiens loyaux, intelligents et toujours prêts à faire plaisir à leur maître, qui sont relativement faciles à dresser, pointe Dr Giles Yeo, un chercheur de l’Université de Cambridge, un des co-auteurs de cette recherche.

Il relève que la nourriture est souvent utilisée comme récompense pendant le dressage et les labradors porteurs de cette variante génétique pourraient être encore plus motivés par cette gâterie.

Mais « c’est à double tranchant, car si les chiens avec cette mutation sont peut-être plus faciles à dresser cela accroît aussi le risque de les rendre obèses », relève le professeur Yeo.