Nucléaire: Après les Belges, les Néerlandais recevront préventivement des pilules d'iode

PREVENTION La sûreté des centrales en Belgique, voisine des Pays-Bas, fait polémique après la découverte de microfissures dans les cuves de deux réacteurs…

Clémence Apetogbor

— 

La centrale nucléaire de Doel, en Belgique
La centrale nucléaire de Doel, en Belgique — GEORGES GOBET / AFP

Alors que l’ensemble de la population belge va recevoir à titre préventif des pilules d’iode, qui permettent de protéger la thyroïde face à la radioactivité, les Pays-Bas voisins ont annoncé avoir commandé quinze millions de pilules afin d’étendre les zones de distribution autour des centrales nucléaires.

Cette décision, annoncée ce vendredi par le ministère de la Santé, intervient alors que la sûreté des centrales nucléaires belges, proches de la frontière commune, fait aussi polémique aux Pays-Bas, mais aussi en Allemagne et au Luxembourg.

L’ouest des Pays-Bas concerné

La distribution préventive de pilules iodées sera élargie aux enfants jusqu’à 18 ans et aux femmes enceintes vivant dans un rayon de 100 km autour d’une centrale, a expliqué à l’AFP la porte-parole de la ministre de la Santé Edith Schippers.

Les nouveaux-nés sont « les plus sensibles à l’iode radioactif », libéré en cas d’accident nucléaire, selon elle.

Jusqu’à présent, toutes les personnes jusqu’à l’âge de 40 ans habitant dans une zone de 20 km autour des centrales reçoivent des pilules d’iode à domicile.

Sont concernés par cette nouvelle distribution l’ouest des Pays-Bas, où est située la centrale néerlandaise de Borssele, ainsi que l’est et le sud du pays, proches d’une centrale allemande, Emsland en Basse-Saxe, et de deux centrales belges, Doel (nord) et Tihange (sud).

Des pilules à disposition

Une fois distribué aux groupes prioritaires, le restant des quinze millions de pilules sera mis à disposition « des touristes, des visiteurs ou des travailleurs qui n’ont pas de pilule à portée », a ajouté le ministère.

Cette commande survient alors que la Belgique a annoncé jeudi qu’elle envisageait d’étendre à l’ensemble du pays la distribution préventive de pilules d’iode, les modalités devant être décidées en 2017.

Celles-ci n’ont pas encore été définies aux Pays-Bas, qui vont « suivre comment (les Belges) vont se charger de la distribution des pilules, où elles seront disponibles, s’il faut aller les chercher dans une pharmacie ou un service de santé local », a précisé la porte-parole néerlandaise.

La sûreté des centrales belges fait polémique, après la découverte de microfissures dans les cuves de deux réacteurs, et d’une vidéo de surveillance d’un haut responsable de l’industrie nucléaire belge lors d’une perquisition liée aux attentats de novembre.