Diesel: Les 52 véhicules testés en France dépassent les normes de pollution

AUTOMOBILE Les tests de la commision mise en place par la ministre de l'Ecologie après la scandale des moteurs truqués de Volkswagen sont à mi-chemin, et ils ne sont pas bons...

20 Minutes avec agence

— 

Des gaz d'échappement (illustration).
Des gaz d'échappement (illustration). — Dibyangshu Sarkar AFP

Les résultats partiels des tests effectués sur un total de 52 véhicules diesel choisis de manière aléatoire dans le parc automobile français viennent d’être rendus publics (lire l’étude complète ici). Ce bilan de mi-parcours (100 véhicules doivent être passés au crible au final) provient de l’étude de la commission de transparence mise en place en avril par la ministre de l’Environnement Ségolène royal, à la suite de l’affaire Volkswagen.

>> A lire aussi : «Irrégularités» pour 16 marques automobiles selon une enquête allemande

Pas de système de fraude comparable à celui de Volkswagen détecté

Au total, les véhicules de 15 constructeurs dont Renault, Peugeot, Citroën ou encore Volkswagen, BMW, Toyota et Fiat ont subi trois batteries de tests (homologation en laboratoire classique, homologation modifiée et piste). Bilan : la commission n’a pas détecté de système de fraude comparable à celui mis au point par Volkswagen.

En revanche, elle a constaté des dépassements significatifs par rapport aux normes d’émissions polluantes d’oxydes d’azote (NOx) (particules fines) et de CO2 sur presque tous les véhicules et a observé que les systèmes de dépollution utilisés par plusieurs constructeurs « ne fonctionnaient pas de façon optimale en permanence afin de préserver différents éléments de motorisation ».

Dix-huit voitures ont émis cinq fois plus que la limite d’émissions

Lors des tests sur route, sur les 52 véhicules testés, 18 ont même émis cinq fois plus que la limite d’émissions et trois ont dépassé cette même limite de plus de dix fois, résume Le Parisien qui a épluché le rapport.

Le groupe Renault avec 13 véhicules testés (12 Renault et une Dacia) est l’un des plus mauvais élèves. Ainsi, sur le premier test (baptisé D1) mené en laboratoire qui s’apparente au test de l’homologation, plus de la moitié (7 sur 13) dont l’Espace, le Captur, la Clio, etc.) dépasse de plus de 10 % le plafond de rejets de NOx (oxydes d’azote) fixé par la commission. Au total, 13 véhicules de tous les constructeurs dépassent les normes de NOX et 25 de CO2. Le Qashqai Euro 6 de Nissan dépasse les seuils maximaux de 260 %.

Des tests sur piste accablants

Mais c’est surtout à la faveur des tests en conditions réelles sur piste que les constructeurs sont épinglés : « En matière d’émissions de CO2 et donc de consommation, sur la grande majorité des véhicules testés, des dépassements importants ont été constatés lors des essais réalisés sur piste, confirmant ainsi, même à faibles vitesse et accélération, les écarts importants constatés par les usagers entre consommations de carburant annoncées par les constructeurs et consommations réelles », précise la commission.

Au total, 21 véhicules, parmi lesquels Opel Zafira, le Renault Captur, le Renault Kadjar ou le Renault Espace V, dépassent les normes concernant les particules fines et 32 les rejets de CO2.

Expérimenter des tests d’émissions de polluants lors des contrôles techniques

Les constructeurs ont été entendus par la commission et devront « présenter rapidement des plans d’amélioration précisant le nombre de véhicules concernés, l’origine des anomalies constatées, les mesures envisagées pour que ces véhicules respectent les limites réglementaires », a fait savoir, jeudi, le ministère de l’Environnement.

>> A lire aussi : PSA perquisitionné

Dès lors, pour les véhicules neufs les autorités d’homologation devront décider si les mesures proposées seront suffisantes ou s’il conviendra « de suspendre la vente ». Et, si au niveau européen, la France soutiendra la mise en place d’un « système de tests d’homologation plus indépendant et plus fiable », à l’échelle nationale, le ministère a fait savoir qu’un décret qui permettra d’expérimenter des tests d’émissions de polluants lors des contrôles techniques serait mis en consultation prochainement.