VIDEO. Australie: Un député écologiste met le feu à une rivière gorgée de méthane

ENVIRONNEMENT Jeremy Buckingham entendait dénoncer le recours à la technique de la fracturation hydraulique...

20 Minutes avec agences

— 

Jeremy Buckingham, élu des Verts, a utilisé un allume-gaz pour enflammer des bulles de méthane qui émanent de la rivière Condamine, dans l'Etat du Queensland. Sa vidéo postée le 22 avril 2016 sur Facebook et devenue virale.
Jeremy Buckingham, élu des Verts, a utilisé un allume-gaz pour enflammer des bulles de méthane qui émanent de la rivière Condamine, dans l'Etat du Queensland. Sa vidéo postée le 22 avril 2016 sur Facebook et devenue virale. — YouTube/Jeremy Buckingham

Jeremy Buckingham, député écologiste australien, a mis le feu à la rivière Condamine pour dénoncer ce qu’il présente comme « des rejets de méthane dans l’eau ».

Dans une vidéo postée vendredi sur son compte Facebook et vue plus de deux millions de fois depuis, la rivière, visiblement gorgée de méthane, s’enflamme en quelques secondes.

Un exploitant de gaz de charbon montré du doigt

Le politicien a utilisé un allume-gaz pour « allumer » des bulles de méthane qui émanent de la rivière traversant l’Etat du Queensland (ouest de l’Australie). « Une rivière en feu ! C’est la chose la plus incroyable que j’ai vue, une tragédie pour le bassin Murray-Darling », lance alors Jeremy Buckinghamen, référence au plus vaste bassin-versant australien.

Le député attribue cette pollution au méthane à la fracturation hydraulique pratiquée par Origin Energy, un groupe exploitant non loin du gaz de couche. Un groupe qui opère de nombreux forages dans le Bassin Murray-Darling et a affirmé qu’il surveillait de près ces rejets de méthane.

« Ces émanations ne présentent aucun risque pour l’environnement »

« Nous sommes au courant des préoccupations concernant les phénomènes de bouillonnement dans la rivière Condamine, en particulier après les vidéos montrant que ce gaz naturel est inflammable », a indiqué, ce week-end, Origin Energy dans un communiqué. « Nous comprenons que cela puisse inquiéter, mais ces émanations ne présentent aucun risque pour l’environnement ou la sécurité publique, si tant est que les gens à proximité fassent preuve de bon sens. »

>> A lire aussi : Avec la fracturation hydraulique, l'Oklahoma passe de 2 séismes par an à... 585

Origin Energy affirme également que ces émanations peuvent avoir de nombreuses causes possibles, et assure qu’elles proviennent ici de failles naturelles et non de l’activité humaine.

Reste que Jeremy Buckingham et nombre d’organisations de défense de l’environnement dénoncent le recours à l’ancienne technique de la fracturation hydraulique utilisée en Australie, grand producteur de gaz naturel, notamment liquéfié.