Tchernobyl, 30 ans après: Pour 70% des Français, une catastrophe nucléaire est «possible» en France

NUCLEAIRE Les Français s’inquiètent notamment de la menace terroriste sur les centrales nucléaires, selon un sondage YouGov pour « 20 Minutes »…

Audrey Chauvet

— 

Le site de la centrale nucléaire de Fessenheim, le 10 février 2016.

Le site de la centrale nucléaire de Fessenheim, le 10 février 2016. — M.ASTAR/SIPA

Les Français ont peur de l’atome et de la radioactivité : d’après un sondage exclusif YouGov pour 20 Minutes*, sept Français sur dix estiment « possible » qu’un accident nucléaire similaire à celui de Tchernobyl, survenu il y a trente ans, le 26 avril 1986, se produise en France. Parmi les menaces qui pèsent sur la sûreté nucléaire, le terrorisme apparaît comme la principale inquiétude des Français.

Interrogés sur la possibilité qu’une catastrophe nucléaire telle que celle de Tchernobyl arrive en France, 70 % des sondés ont ainsi estimé « tout à fait possible » (30 %) et « plutôt possible » (40 %) qu’un des 58 réacteurs français subisse un accident majeur. Seulement 3,1 % des Français jugent « tout à fait impossible » qu’une telle catastrophe se produise.

Le risque d’attentat inquiète les Français

Les Français s’inquiètent particulièrement d’un acte terroriste contre une centrale nucléaire : 34,2 % des sondés estiment que c’est la principale menace sur la sûreté nucléaire. Suivent la vétusté et le manque d’entretien des infrastructures (33 %), une catastrophe naturelle (11,2 %) et une erreur humaine (10,3 %).

>> A lire aussi : Un haut placé dans le secteur nucléaire surveillé par les kamikazes?

Si Tchernobyl a laissé des souvenirs aux Français, c’est surtout la plus récente catastrophe japonaise de Fukushima qui a ravivé l’inquiétude des Français : les risques nucléaires avaient fait en 2011 une percée spectaculaire dans la liste des préoccupations des Français, comme le révélait le baromètre de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). « Les Français n’ont jamais été aussi nombreux (55 % en septembre 2011) à juger élevé le risque des centrales nucléaires », notait alors l’IRSN.

 

Statista édite un portail d’études et de statistiques provenant de plus de 18 000 sources

* Enquête réalisée sur 1 004 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne du 12 au 13 avril 2016, selon la méthode des quotas.