A Hambourg, capsules de café et bouteilles d'eau n'ont pas le droit de cité

ENVIRONNEMENT Ces objets jugés «trop polluants» sont bannis de l'administration et ne pourront plus être achetés avec l’argent du contribuable...

20 Minutes avec agence

— 

Pépite de Nestlé, Nespresso frappe fort en ouvrant à Paris, au coeur des Champs-Elysées, une vaste boutique vouée à l'univers du café en capsules, un marché en plein essor sur lequel surfent avec succès deux autres multinationales, les américaines Kraft Foods et Sara Lee.
Pépite de Nestlé, Nespresso frappe fort en ouvrant à Paris, au coeur des Champs-Elysées, une vaste boutique vouée à l'univers du café en capsules, un marché en plein essor sur lequel surfent avec succès deux autres multinationales, les américaines Kraft Foods et Sara Lee. — getty images AFP/Getty Images/Archives

A Hambourg (Allemagne), le temps du café en capsule et des bouteilles d’eau en plastique est révolu. La ville-région, qui est déjà à la pointe de la révolution énergétique, vient d’éditer son « Guide pour un approvisionnement écologique » (à lire ici, en allemand), qui bannit, en effet, capsules et bouteilles de ses administrations, rapporte Le Monde.

Des standards écologiques à adopter par tous ses services

Exit également les couverts et assiettes en plastique à usage unique (même consignés), jugés « trop polluants » ou « gourmands en ressources » par la Ville qui souhaite devenir un exemple en matière de gestion écologique des approvisionnements et de passation de marchés publics.

>> A lire aussi : Hambourg, la capitale verte européenne, montre l’exemple

De fait, dans ce document de 150 pages, Hambourg détaille les standards écologiques à adopter par tous ses services dans leurs achats. Y figurent notamment les règles à suivre en matière d’acquisition des appareils, d’articles d’hygiène ou d’équipements informatiques mais aussi dans le choix des textiles des uniformes et des équipements de transport. Des flottes de vélos ou des abonnements aux transports en commun sont ainsi proposés aux agents comme alternatives aux voitures de fonction.

Se soucier des « conditions de fabrication des produits » achetés

Mesure phare de ce passage à une « administration-verte », l’adieu fait aux capsules et aux bouteilles en plastique qui ne pourront donc plus être achetées avec l’argent du contribuable.

Une fois cette première mouture du guide digérée, la liste des produits « interdits » devrait s’allonger. Et la ville d’Hambourg compte rédiger une autre règle de conduite qui se souciera, elle, des « conditions de fabrication des produits » achetés.