Quelque 200 nouveaux lions repérés dans deux parcs en Afrique

ANIMAUX L'existence de ces fauves, qui cohabitent dans deux parcs, l'un situé en Ethiopie, l'autre, au Soudan, vient d'être confirmée par des scientifiques...

20 Minutes avec agences

— 

Un lion d'Abyssinie, en Ethiopie, recueilli par la fondation Born Free, le 18 février 2015
Un lion d'Abyssinie, en Ethiopie, recueilli par la fondation Born Free, le 18 février 2015 — ZACHARIAS ABUBEKER AFP

C’est une jolie découverte dans un contexte de déclin alarmant de la population des lions sur le continent. Ce lundi, des scientifiques ont confirmé l’existence de lions dans une région reculée du nord-ouest de l’Ethiopie.

« La présence de lions navait pas été confirmée jusqualors »

La présence de lions a été établie dans le Parc national Alatash (nord-ouest de l’Ethiopie), située à la frontière avec le Soudan, lors d’une mission scientifique dirigée par le Dr Hans Bauer, a annoncé la fondation Born Free, spécialisée dans la protection de la faune. L’équipe du Dr Hans Bauer a également conclu à la présence de lions côté soudanais, dans le parc de Dinder. Bilan : Entre 100 et 200 fauves auraient été répertoriés dans les deux parcs.

« La présence de lions n’avait pas été confirmée jusqu’alors dans des rencontres au niveau national ou international », a précisé le Dr Bauer, cité par le communiqué. Un Docteur et son équipe qui ont donc relevé de nombreuses empreintes. Et ont également capturé des images de fauves, grâce à des appareils munis de capteurs de mouvement et disséminés dans le parc éthiopien.

 

 

Seuls 20.000 lions peuplent encore le continent africain

Même si des habitants de la région attestaient de l’existence de ces félins, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considérait jusqu’à présent le parc Alatash comme « un possible périmètre » pour les lions. Ceci alors que l’Ethiopie abrite, par ailleurs, environ un millier de lions d’Abyssinie, reconnaissables à leur crinière noire.

Pour rappel, sur les 20.000 lions qui peuplent encore le continent africain, près de la moitié pourrait disparaître d’ici 20 ans, selon une étude publiée en 2015 par le magazine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Les chercheurs estiment qu’ils étaient dix fois plus (environ 200.000) en Afrique au milieu du 20e siècle.