Une journée à la COP: nuits blanches, feuilleton télé et tube désespéré

© 2015 AFP

— 

Des manifestants réunis devant le Bourget, à Paris, le 9 décembre 2015
Des manifestants réunis devant le Bourget, à Paris, le 9 décembre 2015 — DOMINIQUE FAGET AFP

Choses vues et entendues mercredi à la COP21, au Bourget (nord de Paris), qui doit aboutir vendredi à un accord pour limiter le réchauffement de la planète:

Grand écart

Une nouvelle ébauche de l'accord, raccourcie de 14 pages et expurgée de trois quarts des options entre crochets, a été présentée aux 195 pays. Il y a encore «le meilleur comme le pire» dans ce projet d'accord, selon Greenpeace. «Deux visions du monde continuent de s'opposer», ajoute le Réseau action climat.

Sit-in

Juste après la présentation du texte, les associations accréditées pour la COP ont appelé leurs observateurs à participer à un sit-in. Scandant «on veut la justice climatique, maintenant!», ils ont bruyamment fait savoir aux négociateurs qu'ils gardaient l'oeil sur eux.

Dortoirs

Vu l'ampleur des sujets en suspens, les négociateurs se préparent à «une ou deux nuits blanches», selon Josh Earnest, le porte-parole de la Maison blanche à la COP. Prévoyante, la présidence française de la conférence a aménagé un dortoir pour les accueillir: un alignement de lits séparés par des panneaux, plongés dans le noir.

Peau d'orange et Yoga

L'Inde, qui ne manque jamais une occasion de souligner la responsabilité des pays riches dans l'émission des gaz à effet de serre, distribue sur son stand un petit «Guide des pratiques culturelles indiennes bonnes pour le climat». On y trouve pêle-mêle le yoga en plein air (et non dans une salle de gym climatisée), le séchage du linge au soleil (et non dans des sécheuses électriques) ou encore l'écorce d'orange comme soin de peau (plutôt que les onguents de l'industrie cosmétique).

Feuilleton télé

«J'ai lu un article qui comparait ces négociations à un feuilleton télé: chaque épisode est dramatique et excitant, mais si vous décrochez pendant des années, vous retrouverez la série là où vous l'avez laissée: avec les mêmes personnages impliqués dans les mêmes querelles», a lancé le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en appelant, cette fois, les Etats à être «à la hauteur.»

Rien à redire

Depuis deux jours, les délégués lancent tous des fleurs à la présidence française de la COP. Une fois n'est pas coutume, l'ONG Greenpeace, peu suspecte de complaisance avec les puissants, s'est jointe au concert de louanges. «Soyons honnête, la présidence de la COP par le gouvernement français est excellente par rapport aux précédentes COP(...) Nous n'avons aucune critique sur le processus», a déclaré son directeur Kumi Naidoo.

Sans espoir

Pour la COP, Anohni, le chanteur d’Antony and the Johnsons, a imaginé un monde où les températures auront gagné «4 degrés». «Je veux entendre les chiens pleurer pour avoir de l'eau/ Je veux voir les poissons le ventre en l'air dans la mer», chante-t-il de sa voix androgyne sur ce titre à paraître sur l'album «Sans espoir».

Ingénieurs au volant

Un parc de 200 voitures électriques avec chauffeurs est mis gratuitement à disposition des participants aux négociations pour les trajets entre leur hôtel et le site du Bourget. Surprise, une bonne partie des chauffeurs sont des salariés, notamment des ingénieurs de Renault, heureux de parler de leur métier et des véhicules électriques.