COP21: 36 pays lancent une alliance mondiale pour développer la géothermie

© 2015 AFP

— 

Un site de production d'électricité géothermique à Soultz-Sous-Forets, le 13 juin 2008
Un site de production d'électricité géothermique à Soultz-Sous-Forets, le 13 juin 2008 — FREDERICK FLORIN AFP

Une coalition de 36 pays a lancé lundi une Alliance mondiale de la géothermie à l'occasion de la conférence internationale sur le climat, pour aider les pays en développement ayant d'importantes ressources à exploiter ce potentiel.

La géothermie permet d'exploiter l'énergie thermique dans le sous-sol, notamment en prélevant les eaux naturellement chaudes à grande profondeur, pour produire de la chaleur et de l'électricité.

Mais sur 90 pays disposant de ressources importantes, seuls 24 ont développé des capacités géothermiques, note l'Alliance dans un communiqué.

Au total, seulement 6% du potentiel d'énergie issue de la géothermie est actuellement exploité, soit 12 gigawatts.

L'alliance veut donc multiplier d'ici à 2030 par six les capacités installées de production d'électricité à partir de la géothermie et par trois celles de production de chaleur.

Parmi les pays membres de cette alliance se trouvent des Etats de la région de la vallée du rift en Afrique (Kenya, Tanzanie, etc.), d'Asie du sud-est (Malaisie, Philippines) et d'Amérique Latine (Mexique, Guatemala, etc.), où la ressource géothermique est considérée comme importante.

Cette initiative regroupe également des pays où la géothermie est déjà développée comme la France ou l'Islande et qui pourront partager leur expérience et leur expertise.

Son objectif est ainsi de «coordonner des actions pour augmenter la part de production de chaleur et d'électricité à partir de la géothermie dans le monde».

L'alliance a donc pour but de dépasser les barrières qui limitent le développement de cette énergie, comme «l'incertitude politique, le manque de compétences professionnelles» dans certains pays.

«Les coûts très importants de forages et les risques associés à l'incertitude de la phase d'exploration» du sous-sol constituent le principal obstacle à ce développement, indique le communiqué.