COP21: Les négociateurs apportent les touches finales au projet d'accord sur le climat

CLIMAT Les négociateurs doivent remettre samedi la version finale du projet d'accord pour lutter contre le réchauffement climatique...

L.C. avec AFP

— 

Le logo Cop21 dans un hall de la conférence au Bourget en région parisienne. Le 1er décembre 2015
Le logo Cop21 dans un hall de la conférence au Bourget en région parisienne. Le 1er décembre 2015 — Christophe Ena/AP/SIPA

Après une ouverture en fanfare, avec des discours ambitieux de quelque 150 chefs d’Etat et de gouvernement, l’heure est au compromis et pragmatisme au Bourget, où les négociateurs de la COP21 apportent ce vendredi les touches finales au projet d’accord sur le climat. Ce texte doit être remis samedi à Laurent Fabius, président de la conférence mondiale pour le climat à Paris. De nombreuses options restent encore à trancher.

>> A lire aussi : Pendant la COP21, partez en « Mission : Climat » dans le futur

Deux versions du projet d’accord

Ce vendredi matin, deux nouvelles versions ont été mises sur la table des négociations. Une première version, de 46 pages, résume les travaux menés par les négociateurs depuis mardi. Un second projet un peu plus concis, de 38 pages, a été rédigé à partir de nouvelles propositions de compromis.

Selon le porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin, « le premier texte continue à être d’une complexité importante, le deuxième avec les compromis comprend beaucoup moins d’options » et pourrait constituer une base de travail « plus facile » s’il était accepté par les 195 pays participant aux négociations.

L’heure des compromis

La COP21 doit aboutir le 11 décembre prochain à un accord universel pour limiter le réchauffement de la planète. D’ici samedi matin, les négociateurs doivent présenter d’ici samedi midi au président de la conférence un projet d’accord le plus lisible possible, avec un maximum d’options tranchées, avant que les ministres prennent le relais dès lundi.

>> A lire aussi : Au Grand Palais, on trouve des solutions au changement climatique

« Le temps est maintenant venu de faire des compromis », a déclaré l’Algérien Ahmed Djoghlaf, l’un des coprésidents des discussions, à la reprise des réunions vendredi matin. « Nous avons maintenant moins de 24 heures (…). Cela va être un défi, mais je ne doute pas que nous allons arriver à présenter demain un texte dont nous serons fiers », a-t-il ajouté.