COP21 : Au Grand Palais, on trouve des solutions au changement climatique

CLIMAT L’exposition « Solutions COP21 » ouvre ce vendredi à Paris…

Audrey Chauvet

— 

L'exposition
L'exposition — A.Chauvet/20Minutes

Au Grand Palais, on prépare déjà l’après COP21. Quand les négociateurs seront rentrés chez eux, que les textes auront été signés (ou pas) et que les discours des chefs d’Etat seront oubliés, le changement climatique sera toujours là. Pour trouver des solutions, Gilles Berhault, président du Comité 21, compte sur les entreprises et les citoyens : « Depuis qu’on parle de développement durable, on a inventé beaucoup de choses : la voiture électrique, les éco-quartiers… Maintenant, il faut généraliser ces progrès. »

Une station de recharge solaire pour vélos électriques, exposée au Grand Palais. (A.Chauvet/20Minutes)

Pour que ces solutions rencontrent le grand public, l’exposition « Solutions COP21 » ouvre ce vendredi en plein cœur de Paris. Pendant une semaine, la nef du Grand Palais accueillera gratuitement les curieux, les amateurs de nouveautés et les citoyens engagés. Malgré la forte présence d’entreprises pas toujours connues pour leur engagement écolo (Engie, Renault, Suez, Coca-Cola,…) Gilles Berhault n’a pas peur d’être accusé de greenwashing : « Les entreprises qui viennent ont le courage de s’exposer face au grand public, assure-t-il. Si elles sont là, c’est qu’elles veulent progresser et qu’elles sont ouvertes à la discussion. »

Sur Facebook, un groupe dénonçant les "fausses solutions" présentées au Grand Palais s’est formé. (Capture d’écran)

« Convaincre tout le monde qu’une société post-carbone est possible »

Avec près de 300 conférences, des concerts, des œuvres artistiques et des ateliers ludo-éducatifs pour les enfants, « Solutions COP21 » ne veut pas être un salon professionnel. « L’exposition est faite pour le grand public, pour que des gens qui ne sont pas experts puissent y trouver de l’intérêt et du plaisir », explique l’organisateur. « L’idée est de convaincre tout le monde qu’une société post-carbone est possible. Nous savons que nous devons changer nos comportements mais nous ne savons pas toujours comment. »

Transports non polluants, consommation responsable, recyclage, énergies renouvelables… Les technologies « de rupture » présentées par des grands groupes privés sont présentes sous la nef du Grand Palais aux côtés des associations de protection de l’environnement et des instituts de recherche publics. Le temps serait-il venu de réconcilier tout le monde pour lutter ensemble contre le réchauffement climatique ? « Nous voulons être un accélérateur de changement Les citoyens, les ONG, les entreprises sont capables de s’entendre. Nous ne sommes plus à l’époque où on pouvait dire qui sont les gentils et qui sont les méchants. Il faut agir, maintenant », estime Gilles Berhault.