Le dauphin de Chine, espèce déclarée disparue

G. G.

— 

Le dauphin du yangtsé est désormais une espèce disparue
Le dauphin du yangtsé est désormais une espèce disparue — no credit

Baiji, la «déesse du Yangtsé», n’est plus. «Une partie de l’âme de la Chine s’en est allée», s’attriste le quotidien anglais «The Independent» en annonçant en une la disparition du dauphin du fleuve Yangtsé. Pour la première fois depuis 50 ans, un grand animal disparaît de la planète. Une expédition internationale de 30 scientifiques ayant parcouru 1.669 Km pendant six semaines n’a pas retrouvé un seul spécimen du cétacé.

«Après plus de 20 millions d’années passées sur cette planète, le dauphin du Yangtsé est officiellement déclaré disparu, première espèce de cétacé à être rayée de la surface de la Terre par l’homme», écrit «The Independent». Le dauphin d’eau douce du Yangtsé était qualifié de famille de mammifère à part entière, souligne le quotidien.

L’expédition avait pour but de sauver les baiji trouvés pour les relâcher dans les eaux d’un lac protégé. Les biologistes ont traqué le dauphin à l’aide de jumelles – il doit faire surface pour respirer- et de sonars. Mais sont revenus bredouilles.

Un cargo tous les 800 m

Par contre, la raison de la disparition de la «déesse du Yangtsé» leur a sauté aux yeux. Les berges du fleuve abritent un dixième de la population mondiale. L’expédition a croisé un cargo tous les 800 m. Or, le dauphin se dirigeait à l’aide de son sonar, les eaux étant trop troubles pour y voir quoi que ce soit.

«Mais, sur une autoroute embouteillée par des portes-conteneurs et des péniches chargées de charbon, le dauphin est devenu sourd, augmentant les risques de collision avec des hélices ou des coques des bateaux», explique le journal. Sans compter le danger que représentent les filets et les lignes de fond de plus de 1.000 m utilisées par les pêcheurs du fleuve. Beaucoup de baiji ont été retrouvés pris au piège ou lacérés par les hameçons. Pour ne rien arranger, la pollution de l’eau a détruit son habitat.

Espèce unique

«La perte d’une espèce si unique et charismatique est une tragédie révoltante. Cette extinction représente la disparition d’une branche complète de l’arbre de l’évolution et souligne que nous devons prendre nos responsabilités de gardiens de la planète», a réagit Sam Turvey, le biologiste qui a mené l’expédition ».

Le dernier mammifère à avoir disparu est le tigre de Tasmanie chassés sans relâche par les colons européens. Le dernier s’est éteint au zoo de Hobart, le 7 septembre 1936.