VIDEO. COP21: Obama appelle le monde à «être à la hauteur» des enjeux climatiques

CLIMAT

20 Minutes avec AFP

— 

Barack Obama à la COP21, le 30 novembre 2015, au Bourget.
Barack Obama à la COP21, le 30 novembre 2015, au Bourget. — Eric Feferberg/AP/SIPA

Le président américain Barack Obama a appelé ce lundi les dirigeants du monde à « être à la hauteur » des enjeux que pose le réchauffement inédit de la planète, lors de la conférence mondiale sur le climat de Paris. Dans la foulée, plusieurs dirigeants se sont exprimés en faveur d’un « accord contraignant » pour limiter le réchauffement climatique.

>> A lire aussi: Suivez en direct la première journée de la COP21

«Les Etats-Unis assument leur responsabilité» dans le réchauffement climatique

À l’ouverture de cette grand-messe pour la planète, le dirigeant du deuxième pays le plus émetteur de gaz à effet de serre (derrière la Chine) a affirmé : «Les Etats-Unis reconnaissent leur rôle dans la genèse du problème» du réchauffement climatique et «assument leur responsabilité pour le régler».

Il a insisté sur l’urgence de prendre des décisions pour limiter le réchauffement climatique avant qu’il ne soit « trop tard ». « Mais si nous agissons ici, si nous agissons maintenant (…) alors il ne sera pas trop tard », a-t-il ajouté devant quelque 150 dirigeants rassemblés au Bourget, près de Paris.

Pas de conflit entre la croissance économique et la protection de l’environnement 

Barack Obama a également rejeté avec force l’argument selon lequel la lutte contre le changement climatique serait une mauvaise nouvelle pour l’économie. « Nous avons prouvé qu’il n’y a plus de conflit entre croissance économique forte et protection de l’environnement », a-t-il lancé. « Nous avons brisé les vieux arguments de l’inaction (…) Cela devrait nous donner de l’espoir ».

Les Etats-Unis se sont engagés sur une réduction de 26 % à 28 % de leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, par rapport à 2005.

Poutine favorable à un « accord contraignant et équitable »

Les dirigeants, chargés de donner une impulsion politique aux négociations qui recommencent mardi, se sont succédé à la tribune pour insister sur l’importance de la lutte contre le réchauffement. La COP21 est censée déboucher le 11 décembre sur le premier accord universel visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, pour limiter le réchauffement à deux degrés par rapport à l’ère préindustrielle.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé à « un accord contraignant et équitable ».

 

Mais des fractures sont déjà apparues, en particulier sur le partage des responsabilités entre pays industrialisés, riches émergents et en développement. Ainsi, le président chinois Xi Jinping a appelé les pays développés à « assumer leurs engagements » à financer les politiques climatiques du Sud.