L'année 2015 pourrait être la plus chaude jamais enregistrée prévient l'ONU

CLIMAT A cinq jours de la conférence internationale pour le climat à Paris, l’ONU s’alarme des relevés de températures…

20 Minutes avec AFP

— 

Des tonnes de glace récoltées au Groenland sont en route pour Paris, destinées à être installées sur la place de la République pour sensibiliser aux enjeux de la conférence climat de l'ONU (COP21)
Des tonnes de glace récoltées au Groenland sont en route pour Paris, destinées à être installées sur la place de la République pour sensibiliser aux enjeux de la conférence climat de l'ONU (COP21) — Steen Ulrik Johannessen AFP

Les relevés de températures des dix premiers mois de l’année laissaient présager la'ampleur du phénomène. 2015 pourrait être l’année la plus chaude jamais enregistrée et la température moyenne en surface pourrait passer le seuil symbolique des 1°C de réchauffement depuis l’ère préindustrielle (1880-1899), indique mercredi un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

>> VIDEO. 130 ans de réchauffement climatique en 30 secondes

« La tendance qui se dessine pour 2015 laisse supposer que cette année sera très probablement la plus chaude jamais constatée » et « la température moyenne à la surface du globe franchira sans doute le seuil (…) de 1 degré Celsius par rapport à l’époque préindustrielle », déclare l’agence basée à Genève.

>> Pourquoi El Niño nous prépare une rentrée chaud

2015, une année qui « fera date »

Dans son rapport diffusé à une semaine de la conférence sur le climat COP21 à Paris, l'OMM indique également que « les années 2011 à 2015 représentent la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes - en particulier les vagues de chaleur - étant influencés par le changement climatique ». « L'état du climat mondial en 2015 fera date pour un certain nombre de raisons », a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

Depuis plusieurs mois, les scientifiques mettent notamment en avant le renforcement du phénomène « El Nino », épisode climatique de grande ampleur, qui prend naissance dans la zone tropicale du Pacifique et naît du déplacement des eaux chaudes vers de l’ouest vers l’est de l’océan.