Des enfants réclament un engagement plus fort d'Obama sur le climat

© 2015 AFP

— 

Barack Obama à Kuala Lumpur le 20 novembre 2015
Barack Obama à Kuala Lumpur le 20 novembre 2015 — FRED DUFOUR AFP

Une vingtaine d'enfants réclament devant la justice un engagement plus conséquent du gouvernement américain contre le réchauffement climatique, dans une plainte qui inquiète l'industrie pétrolière.

Parmi les jeunes plaignants, âgés de 8 à 19 ans, figure la petite-fille d'un célèbre scientifique sur le climat, James Hansen, ancien employé de la Nasa et militant connu de la réduction des gaz à effet de serre.

Les enfants demandent au gouvernement de s'engager à faire baisser de manière significative les émissions de dioxyde de carbone et à mettre en oeuvre «un programme de redressement du climat basé sur la science» qui protège la Terre pour les générations futures, selon l'association Our Children's Trust, basée dans l'Oregon (nord-ouest), qui a initié cette démarche.

Le gouvernement américain connaissait depuis 1965 les risques d'une augmentation des émissions de gaz à effet de serre mais n'en a pas fait assez pour les juguler, estiment-ils.

Il a donc «violé les droits constitutionnels des générations les plus jeunes à la vie, la liberté, la propriété, et a aussi échoué à protéger les biens publics essentiels», ajoute l'association.

En d'autres termes, le gouvernement a mis en péril les ressources naturelles nationales comme l'air, la mer, les côtes, l'eau, la faune et la flore.

Cette procédure permettra de «présenter directement à la justice la science incontestable sur le changement climatique», estime l'association, qui a déposé cette plainte contre l'administration Obama en août et a engagé d'autres démarches similaires dans les Etats fédérés.

Les enfants demandent à un tribunal de l'Oregon, où vivent la plupart d'entre eux, d'ordonner au gouvernement de «réduire rapidement les émissions de dioxyde de carbone» (CO2), pour que les concentrations de CO2 dans l'atmosphère «ne dépassent pas 350 ppm» CO2eq (équivalent CO2 en parties par million) d'ici 2100.

La concentration moyenne actuelle est d'environ 400 ppm CO2eq, un niveau sans précédent dans l'histoire moderne. L'année 2015 pourrait être l'année la plus chaude de la planète depuis 1880, et un sommet crucial sur le climat doit s'ouvrir la semaine prochaine à Paris.

- Les pétroliers 'ont peur' -

Signe que cette procédure inquiète l'industrie pétrolière, cette dernière a demandé à la justice début novembre d'être partie prenante pour s'opposer à la plainte.

«Le secteur des énergies fossiles ne veut pas de pression supplémentaire sur le gouvernement fédéral qui rendrait plus sévère son plan sur le changement climatique», a expliqué Gerald Torres, professeur de droit à la Cornell University et expert en droit de l'environnement.

«Cela veut dire qu'ils prennent cette procédure au sérieux. Et je pense qu'elle doit être prise au sérieux», a-t-il affirmé à l'AFP.

Les promesses dans les années 1990 du Congrès et de l'agence de l'Environnement (EPA) pour réduire significativement les émissions de CO2 et stopper le réchauffement climatique ne se sont «jamais matérialisées», déplorent les plaignants.

A l'inverse, le gouvernement a continué à «permettre, autoriser et subventionner l'extraction, le développement, la consommation et l'exportation de combustibles fossiles - des activités qui génèrent d'énormes quantités d'émissions de CO2 ayant substantiellement contribué à une hausse de la concentration de CO2» dans l'atmosphère, selon la plainte.

Le climat est en outre un sujet de controverse politique aux Etats-Unis, où des républicains doutent - voire nient - de son réchauffement par les activités humaines.

«Au niveau national, le débat est plutôt figé», selon M. Torres, mais la plainte des enfants est «légalement sensée». «Elle soulève vraiment la question fondamentale que chacun en démocratie devrait se poser chaque jour au réveil: le gouvernement est là pour quoi faire?»

Barack Obama a promis d'agir contre le changement climatique et s'est engagé à réduire les émissions de CO2 de 32% d'ici 2030 par rapport à leur niveau de 2005. Il a aussi rejeté le projet canadien d'oléoduc Keystone XL, qui était vivement contesté par les écologistes.

Selon un des plaignants, Alex Loznak, âgé de 18 ans, l'intervention des industries pétrolières «montre clairement que le secteur a peur». «Comme le Mahatma Gandhi l'a dit, +d'abord ils vous ignorent, ensuite ils se moquent de vous, puis ils vous combattent, et à la fin vous gagnez+. La bataille a commencé, et nous gagnerons», a-t-il ajouté.