Les Pays-Bas doivent continuer à diminuer la production de gaz

© 2015 AFP

— 

Des habitants protestent contre la production de gaz naturel dans la ville de Groningen aux Pays Bas, le 15 janvier 2014
Des habitants protestent contre la production de gaz naturel dans la ville de Groningen aux Pays Bas, le 15 janvier 2014 — Remko de Waal ANP

Le Conseil d’Etat néerlandais a ordonné mercredi à La Haye de revoir sa copie sur l'extraction de gaz et ordonné, «en attendant», une nouvelle diminution de la production dans une région du nord du pays, touchée par d'incessants tremblements de terre causés par l'extraction.

Le Conseil d'Etat a indiqué dans un communiqué avoir «annulé» des décisions du ministre des Affaires économiques Henk Kamp, qui avait décidé en janvier de réduire la production de 42,5 milliards de mètres cubes à 39 milliards, avant de faire passer ce chiffre à 33 milliards en juin.

Plus d'une quarantaine de particuliers et d'institutions diverses, dont des municipalités, réclamant des diminutions supplémentaires, avaient demandé au Conseil d'Etat de réévaluer ces décisions concernant la production sur le gisement de Groninguen, le plus grand de l'Union européenne.

En attendant la nouvelle décision du ministre (avant la fin de l'année gazière, soit octobre 2016) et afin de protéger les habitants des risques liés aux tremblements de terre causés par l'extraction de gaz, les juges ont ordonné aux exploitants de limiter la production à 27 milliards de mètres cubes.

«Si cette année s'avère être relativement froide, la maximum de gaz produit pourra être augmenté à 33 milliards de mètres cubes», ont ajouté les juges.

La NAM avait présenté ses excuses en avril, après qu'un rapport du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV) ait épinglé les exploitants et le gouvernement, les accusant d'avoir fait prévaloir pendant plus de 50 ans les revenus issus du gaz sur la sécurité des habitants.

Les Pays-Bas sont le deuxième producteur européen de gaz naturel. En 2011, les revenus du gaz avaient participé à hauteur de 8% dans les revenus de l’État.

Les secousses qui touchent la région sont la conséquence de poches de vide formées sous terre une fois le gaz extrait. Elles causent de nombreux dégâts aux fermes ou bâtiments historiques.

Si les secousses sont d'une assez faible magnitude, elles sont situées très proches de la surface.