Suite aux attentats, Al Gore interrompt une émission mondiale sur le climat

© 2015 AFP

— 

Al Gore, ancien vice-président, politicien et prix Nobel de la paix à Paris, le 13 novembre 2015 à Paris
Al Gore, ancien vice-président, politicien et prix Nobel de la paix à Paris, le 13 novembre 2015 à Paris — DOMINIQUE FAGET AFP

L'ex-vice-président américain Al Gore, qui organisait vendredi et samedi au pied de la Tour Eiffel à Paris une émission mondiale de 24 heures sur le climat, diffusée sur internet, l'a interrompue en raison des attentats survenus en France, par «solidarité avec le peuple français».

«Nous interrompons notre émission en raison des tragédies qui se déroulent ici à Paris, en raison de l'état d'urgence mais surtout parce que nous voulons exprimer notre solidarité avec le peuple français et la ville de Paris», a-t-il déclaré.

«Nous voulons exprimer nos condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie, ceux qui sont gravement blessés, ceux qui souffrent des conséquences de ces terribles attaques terroristes», a-t-il dit. «Nous sommes solidaires».

«Nous continuerons à parler des sujets de cette émission, la crise du climat et ses solutions», a-t-il ajouté.

Dans cette émission organisée depuis vendredi en début de soirée sur un plateau installé sous un dôme transparent au pied de la Tour Eiffel, Al Gore accueillait scientifiques, politiques et chanteurs pour tenter de mobiliser la planète sur les enjeux du climat, à deux semaines de la Conférence de l'ONU sur le climat organisée à Paris à partir du 30 novembre.

Plus d'une centaine de chefs d'Etats, dont l'Américain et le Chinois, sont attendus à l'ouverture de cette Conférence.

François Hollande devait intervenir dans l'émission d'Al Gore, samedi en début d'après-midi.

Le programme devait être diffusé pendant 24 heures sur le site de The Climate Reality Project (), organisation fondée et présidée par M. Gore.

La conférence de l'ONU sur le climat (COP21), du 30 novembre au 11 décembre, est censée aboutir à un accord mondial pour limiter le réchauffement climatique.