«Accord contraignant» à la COP21: François Hollande recadre John Kerry

ENVIRONNEMENT Le secrétaire d’Etat américain avait émis des doutes sur le caractère contraignant d’un éventuel accord…

20 Minutes avec AFP
— 
Hollande et Kerry à Paris, le 16 janvier 2015.
Hollande et Kerry à Paris, le 16 janvier 2015. — 20 minutes diapo

S’il y a bien un sujet sur lequel François Hollande prend vite la mouche en ce moment, c’est la COP21. Le président français semble avoir fait de la réussite de ce rassemblement sur le climat une affaire personnelle. Pour lui, aucune autre issue qu’un accord contraignant entre les Etats n’est envisageable. « Ou il n’y aura pas d’accord », précise-t-il ce jeudi à Malte.

Il répond donc directement au secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui avait émis des doutes quotidien britannique Financial Times mercredi. « Ce ne sera certainement pas un traité (…) Il n’y aura pas d’objectifs de réduction juridiquement contraignants comme cela avait été le cas à Kyoto », affirmait Kerry en référence au protocole de Kyoto de 1997 par lequel les pays signataires s’engageaient à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre.

Des conséquences catastrophiques

Un peu plus tôt dans la journée, Laurent Fabius avait de son côté regretté une formulation malheureuse de la part de son homologue américain. La Conférence des Parties (COP21), du 30 novembre au 11 décembre à Paris, rassemblera une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement et vise à obtenir un accord pour réduire les émissions de gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique et de ses conséquences catastrophiques en termes de montée du niveau de la mer notamment.

Mercredi un groupe d’une quarantaine de pays particulièrement menacés par le phénomène a lancé un appel depuis Manille pour que la COP21 débouche sur un engagement plus sévère que la limitation prévue à 2° de ce réchauffement par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle. Ils préconisent une limitation à 1,5° affirmant que sinon, plus d’un milliard de personnes risquent de disparaître à la suite des conséquences de la montée.