Obama dit non à l'oléoduc Keystone XL et se rendra à la conférence climat de Paris

PLANETE Après plusieurs années de débat intense, le président américain a tranché...

P.B. avec AFP
— 
Barack Obama le 5 novembre 2015 à la Maison Blanche à Washington
Barack Obama le 5 novembre 2015 à la Maison Blanche à Washington — SAUL LOEB AFP

C'est non! Vendredi, Barack Obama a décidé de rejeter le projet de construction controversé de l'oléoduc Keystone XL, estimant que l'impact économique serait limité et que les Etats-Unis devaient «montrer l'exemple» dans la lutte contre le changement climatique. «Après un long examen, le département d'Etat a conclu que cet oléoduc ne servirait pas notre intérêt national», a indiqué Obama, aux côtés du secrétaire d'Etat, John Kerry, et du vice-président, Joe Biden.

Le projet Keystone XL, long de 1.900 kilomètres, dont 1.400 aux Etats-Unis, vise à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au centre des Etats-Unis, dans le Nebraska, d'où il pourra rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique.

Prix du baril divisé par deux

Aucun dossier environnemental n'est plus emblématique du fossé idéologique qui existe aux Etats-Unis sur l'énergie et l'environnement. Les républicains soutiennent massivement l'oléoduc, affirmant qu'il créerait de nombreux emplois et permettrait de réduire les importations de pétrole du Golfe. Les démocrates, de leur côté, s'appuient sur plusieurs rapports dénonçant les conséquences écologiques du projet.

Obama se rendra au sommet de Paris

Au final, Obama a été bien aidé par le prix du brut, divisé par deux en un an. A ce cours, la coûteuse extraction des sables bitumineux devient beaucoup moins intéressante. L'arrivée au pouvoir de Trudeau au Canada, lui a également facilité la vie, alors que son prédécesseur, Stephen Harper, était un supporteur vocal du projet.

Obama a enfin annoncé qu'il se rendrait à la conférence climat de Paris: «Il faut agir maintenant si on ne veut pas que certaines régions de la Terre deviennent inhabitables»