Météo: Pourquoi l'été indien revient-il chaque année ?

ENVIRONNEMENT Le phénomène est incontournable en hémisphère nord, en Amérique comme en Europe...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration du soleil.
Illustration du soleil. — M.Libert / 20 Minutes

Le week-end de la Toussaint a été splendide, cette année. Les bords de mer, parcs et jardins ont ainsi retrouvé un train de vie estival le temps de quelques jours, grâce à ce phénomène météo bien connu qu’est l’été indien, de retour quasiment chaque année, en France comme dans bon nombre de pays. Un phénomène bien connu, certes, mais pas forcément bien expliqué. Séance de rattrapage.

Rhinites et autres coups de froid

L’expression, popularisée par le tube de Joe Dassin dans les années 1970, qualifie ce fameux redoux climatique au cours de l’automne, qui doit, pour mériter cette appellation aux yeux de la communauté scientifique, durer au moins trois jours. La présence du soleil et l’absence de précipitation doivent, en outre, y être accompagnées de températures supérieures de 5°C aux moyennes théoriques de saison (« aux normales saisonnières », diront les adeptes des bulletins météo audiovisuels), mais équivalentes à ces moyennes durant la nuit.

De cet écart arrivent d’ailleurs bien souvent rhinites et autres coups de froid, pointe le quotidien Les Dernières Nouvelles d’Alsace, qui détaille ces explications scientifiques.

zones de dépression, anticyclones et vitesse de croisière

Scientifiquement, justement, l’été indien s’explique par la conjonction de deux phénomènes se produisant à la fin de l’été. D’une part, les zones de dépression redescendent rapidement vers l’Equateur, provoquant des précipitations et ramenant le froid vers nos régions tempérées ; d’autre part, les anticyclones froids des pôles nous arrivent, eux, bien plus lentement.

Dès lors, les alizés des Tropiques peuvent profiter de cette différence de vitesse pour remonter l’Atlantique et s’installer quelques jours dans nos contrées, fixant l’anticyclone des Açores pour une durée plus ou moins longue, et adoucissant l’air sur l’Europe de l’Ouest. Les années durant lesquelles le phénomène ne se produit pas sont donc tout simplement celles qui voient les dépressions descendre trop lentement vers l’équateur pour permettre au redoux de s’installer.