Frelon asiatique: La consanguinité pour stopper l'invasion?

SCIENCES Les colonies de cette espèce invasive comptent trop de mâles et pas assez d'ouvrières pour assurer leur survie à long terme...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration: un frelon asiatique.
Illustration: un frelon asiatique. — DAMOURETTE/BNT/SIPA

L’expansion du frelon asiatique en Europe devrait prochainement marquer le pas, en raison de la faible diversité génétique de l’espèce. Des chercheurs de l’institut de recherche sur la biologie de l’insecte (IRBI), à l’université François-Rabelais de Tours, estiment que les frelons asiatiques en Europe souffrent aujourd’hui d’un « phénomène de dépression de consanguinité ».

Et cela suite à « l’introduction initiale d’un faible nombre de reines en France », lors de l’arrivée accidentelle de l’espèce sur le continent européen, vers 2004.

>> A lire: Le frelon asiatique poursuit son invasion en France

Ces experts ès insectes sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé, entre 2012 et 2014, plusieurs colonies de frelons. « Comme les colonies de guêpes et de frelons européens, les colonies du frelon asiatique passent par deux stades au cours de l’année : du printemps à la mi-août, des ouvrières sont produites et agrandissent le nid, puis de fin août à décembre des reproducteurs (mâles et futures reines) apparaissent », expliquent les chercheurs.

Une menace sur la biodiversité du continent

Or « 68 % des colonies analysées produisaient des mâles lors de la première période. Comme ces derniers ne participent pas aux activités au sein des colonies, cette production de mâles précoces à la place d’ouvrières pourrait ralentir la croissance des colonies et à terme limiter l’expansion de cette espèce invasive », concluent aujourd’hui les scientifiques qui prédisent donc le déclin du frelon asiatique en Europe.

Une bonne nouvelle puisque, outre le danger que représentent ses piqûres pour l’être humain, le frelon asiatique est aussi une menace sur la biodiversité du continent, l’insecte dévorant notamment les abeilles, en « prédateur généraliste » qu’il est.