Un singe qui éternue découvert dans l'Himalaya

ANIMAUX 133 plantes, 26 espèces de poissons ou encore 10 amphibiens figurent parmi les nouvelles espèces découvertes...

20 Minutes avec agences
— 
Un singe au nez retroussé, une des nouvelles espèces découvertes par les scientifiques.
Un singe au nez retroussé, une des nouvelles espèces découvertes par les scientifiques. — Capture d'écran - The Guardian

En recensant les découvertes scientifiques faites au Bhoutan, dans le nord-est de l’Inde, au Népal, dans le nord de la Birmanie et dans le sud du Tibet, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a constaté la présence d’animaux très insolites.

« Snubby », le primate au nez retroussé

Dans un rapport, l’organisation a ainsi recensé un « poisson à tête de serpent qui marche », peut respirer de l’air, survivre quatre jours sur la terre ferme et ramper 400 mètres sur sol humide. Autre trouvaille étonnante, celle d’un singe dans les forêts du nord de la Birmanie. Sa particularité : son nez retroussé, qui le fait éternuer les jours de pluie. Pour éviter d’avoir le nez plein d’eau, le primate est assis la tête entre les genoux.

C’est par des chasseurs que les scientifiques ont entendu parler de ce singe. Bien connu des habitants cette région du nord de la Birmanie, le singe a été surnommé « Snubby » (« Trompette ») pour la forme de son nez. Des chercheurs sont récemment parvenus à prendre des clichés du singe dans l’Etat birman de Kachin, à la frontière chinoise. Une population a également été observée dans la province chinoise voisine du Yunnan selon le WWF.

211 espèces découvertes entre 2009 et 2014

A cette liste d’animaux étranges s’ajoute un crotale rouge jaune et orange qui ressemble furieusement à un bijou, un poisson « dracula » à petites dents. Trois nouveaux types de bananes ont également été découverts.

Ont été également trouvés un crotale rouge jaune et orange qui ressemble furieusement à un bijou, un poisson « dracula » à petites dents ou encore de nouveaux types de bananes. Au total, 211 espèces ont été découvertes entre 2009 et 2014. Parmi elles figurent 133 plantes, 26 espèces de poissons, 10 amphibiens, 39 invertébrés, un reptile, un oiseau et un mammifère.

Des espèces de plus en plus menacées

Dans son rapport, le WWF met en garde contre les menaces fragilisant ces espèces, en particulier la poussée humaine sur leurs territoires, la déforestation, le braconnage, l’exploitation minière et l’hydroélectricité.

Seuls 25 % des habitats naturels sont encore intacts et des centaines d’espèces y sont en danger souligne le document. « Le défi est de préserver notre écosystème en danger avant que ces espèces (et d’autres encore inconnues) ne disparaissent », explique Sami Tornikoski, responsable du programme du WWF pour l’Himalaya. L’ONG appelle à un développement plus durable de cette région, en particulier en construisant des centrales hydroélectriques qui préservent l’environnement et en aidant les communautés locales à s’adapter au changement climatique.